Passer au TOUT numérique : 3 prérequis avant d’établir son projet

Cécile Mazin - 23.05.2016

Patrimoine et éducation - Ressources pédagogiques - numérique manuels scolaires - projet manuels classe - numériques projet scolaire


Le salon Educatice a été l’occasion pour la librairie LDE de se replonger dans les modalités qu’il faut absolument prendre en compte pour établir un projet de passage au numérique. Voici trois sujets qu'il semble important de prendre en compte, avant de faire le grand saut et que le libraire partage...

 

135.365 Academics

Reilly Butler, CC BY SA 2.0

 

En partenariat avec

Librairie LDE

 

1. Des infrastructures adaptées

La classe du futur sollicite des infrastructures solides :

  • Un réseau Wi-Fi dans l’établissement, couvrant toutes les salles où les élèves et les enseignants travaillent afin que chacun puisse se connecter librement à Internet pour faire des recherches ou partager des documents, il est indispensable. Pour information les besoins minimaux de bande passante se situent entre 0,75 et 1 Mbits/s pour 10 élèves connectés simultanément.
    A lire : le référentiel du Ministère en ligne sur l’usage du Wi-Fi dans les établissements ici
  • Le stockage
    Il existe plusieurs possibilités :
    – Les élèves sont propriétaires de leurs tablettes et les emmènent donc chez eux le soir
    – Les élèves n’utilisent leurs tablettes qu’en cours et les tablettes doivent être stockées dans un espace sécurisé (cantine, salle des professeurs)…
    Dans tous les cas, il faut prévoir des points de recharge et des tablettes de remplacement (en cas d’oubli de sa tablette par un élève ou si sa tablette est déchargée).
  • Gérer les supports avec un Mobile Device Management (MDM)
    La sécurisation des supports est nécessaire à la bonne utilisation de ces derniers en tant qu’outil d’apprentissage. Le Mobile Device Management va permettre de gérer les accès et autorisations dans le cas d’un déploiement massif d’un même support : par exemple équiper une classe entière de tablettes. En d’autres termes : administration, paramètres techniques, code d’accès…
  • Gérer les supports avec un Mobile Application Management (MAM)
    Ici, il s’agit de la sécurisation à propos de l’utilisation des tablettes en d’autres termes : applications installées, mises-à-jour, sécurisation…
    La plupart des MDM intègrent un MAM
  • Gérer les productions numériques (MCM)
    Lorsqu’un élève réalise une production et la stocke sur sa tablette, il faut également gérer ces données. Différentes sauvegardes sont possibles : ENT (environnement numérique de travail), LMS (Learning Management System, le plus connu est Moodle), Cloud (Google Drive, iCloud…), ou simplement une clé USB…

 

2. Un couple matériel – mobilier adéquat

 

Plusieurs options sont envisageables :

  • Le chariot mobile
    A disposition des classes, un chariot mobile peut être imaginé. Comprenant tout le matériel que chacun a besoin : tablettes, chargeurs, claviers…
    Les élèves auront donc la possibilité de se servir directement en fonction des cours / besoins.
    Les avantages : une mise à disposition permanente
    Les inconvénients : un risque de vols de tablettes « en bloc »
  • Chacun sa tablette
    L’autre possibilité est d’équiper une classe entière, ou plusieurs selon les budgets. C’est-à-dire que chaque élève disposera de sa propre tablette : à ramener à la maison ou non. Il en sera le garant et devra y faire attention.
    Les avantages : une responsabilisation des élèves
    Les inconvénients : un risque de perte et de dommages sur la tablette
  • La classe adaptable
    Dans de très rares cas, les classes sont imaginées en fonction du numérique : les élèves sont assis sur des chaises à roulettes et peuvent se déplacer aisément, sans faire de bruit ou de manutention. Ces chaises sont équipées d’une tablette escamotable (type salle de conférence) permettant d’écrire et de « caler » sa tablette numérique.
    Les avantages : une mobilité, des partages facilités…
    Les inconvénients : cette option reste très chère puisqu’il s’agit d’équiper une classe entière et de revoir les espaces d’enseignement.

 

3. Une pédagogie adaptée

 

Le TOUT numérique impose à l’enseignant un mode d’enseignement nouveau, pour lequel sa pédagogie doit être adaptée. Les tablettes développent l’échange et l’autonomie : le document à la portée des doigts, l’élève cherche ses ressources pour construire son cours. L’apprentissage est ludique et ne passe plus seulement par l’écoute : la participation et l’échange sont facilités. Mais cela modifie aussi la place (dans tous les sens du terme) de l’enseignant dans la classe : les expériences « test » et la formation de ce point de vue sont des facteurs-clefs de réussite dont il est risqué de se passer.


Les avantages : une implication plus importante des élèves, leur responsabilisation. Les inconvénients : nécessité d’encadrer l’accès aux ressources pour éviter toute dérive ou distraction... et un mode d’enseignement nouveau pour tous.