Pierre et le loup : 70 ans après, le canard fait son grand retour

Camille Cornu - 05.11.2015

Patrimoine et éducation - Patrimoine - bernard friot - pierre et le loup - jean-françois verdier


La pièce de Prokifiev, Pierre et le loup, écrite et composée en 1936, vient d’être rééditée chez Milan. En entendra de nouveau le plaisir du hautbois et des autres instruments, qui incarnent musicalement les personnages. Mais elle comportera également une suite, prise en charge par Bernard Friot et le chef d'orchestre Jean-François Verdier : Le canard est-il vivant ?

 

 

 

C’est un conte qui a servi d’initiation à la musique à beaucoup d’enfants. Chaque personnage y est personnifié par un instrument de musique, et le récit devient ponctué d’intermèdes musicaux les représentant. On n’en oublie pas l’histoire pour autant.

 

Pierre vit avec son grand-père, qui lui a formellement défendu de s'aventurer dans les bois. Bravant cet interdit, Pierre, accompagné d'un canard, d'un oiseau et du chat de la maison, s'enfuit discrètement en forêt. Surpris par son grand-père, il est puni et enfermé derrière la palissade du jardin. C'est alors qu'un loup surgit du bois et se jette sur le canard, qu'il dévore sous les yeux de Pierre.

 

 

Avec l’aide de l’oiseau, Pierre capture le loup qui vient d’avaler le canard. Il sauve ensuite le loup des chasseurs, préférant le faire enfermer au zoo. Le conte s’arrête ici, laissant l’auditeur en suspens quant à la survie du canard. C’est ici qu’intervient Bernard Friot, en proposant un deuxième volet à l’œuvre.

 

Né en 1951, l’auteur a d’abord enseigné avant de se consacrer à l’écriture et la traduction de livres pour enfants. Son écriture rythmée, dont le phrasé sonore se prête particulièrement à la scène, avait déjà était mise en musique, avant qu’il ne se mette à écrire directement pour des musiciens : textes pour un spectacle musical, chansons, livrets d’opéra. 

 

 

 

 

Pour cette suite de Pierre et le Loup, il sera accompagné de Jean-François Verdier, chef de l’orchestre régional de Franche-Comté et premier clarinettiste à l’Opéra de Paris, qui a écrit la partition de cette création inédite. Ensemble, ils avaient déjà créé le conte musical Anna, Léo et le gros ours de l’armoire.

 

Les deux hommes insistent sur leur « collaboration », l’idée d’inclure une suite venant du compositeur, qui confie : « Avec cette fin, on ne se mettait pas vraiment à la place des animaux, ce qui me manquait un peu. Et laisser le canard vivant dans le ventre du loup dans un zoo, je pensais que ce n’était pas une fin acceptable ». Les idées du compositeur ont été reprises pour certaines scènes : « Je pense que Jean-François voulait une scène un peu gore, alors j’ai rajouté l’idée du poulailler égorgé. » 

 

Pour cette composition, il ne se définit pas tellement comme « compositeur » que comme « illustrateur sonore » : « Je trouve que c’est normal d’adapter son langage à la question posée. »

 

Il a voulu cette composition comme un hommage à Prokofiev et à tous ceux qui ont aimé Pierre et le loup.

 


Pour approfondir

Editeur : MIlan
Genre : litterature...
Total pages : 40
Traducteur :
ISBN : 9782745960924

Pierre et le loup

de Wauters, Julia ; Friot, Bernard

Tout le monde connaît l'histoire : Pierre, avec l'aide d'un oiseau, réussit à capturer le loup, qui lui-même a avalé le canard. Chaque animal et personnage est incarné par un instrument de musique, faisant de ce conte une parfaite introduction à la découverte de l'orchestre symphonique par les enfants. Un grand classique universel qui manquait au catalogue Milan, où les? classiques, les contes mais aussi les livres audio ont la part belle. Cette proposition éditoriale reprend dans son intégralité la création de Prokofiev, mais avec une valeur ajoutée originale. La fin du conte est très ouverte : on se demande ce qui va advenir du canard, toujours vivant dans le ventre du loup. Bernard Friot s'est prêté au jeu d'imaginer cette suite, en lien avec le compositeur Jean-François Verdier, chef de l'orchestre régional de Franche-Comté et premier clarinettiste à l'Opéra de Paris, qui a écrit la partition de cette création inédite. Pourquoi une suite ? Voici la réponse de Bernard Friot : " Il s'agit à travers cette création de rendre hommage à Prokofiev, un hommage souriant, comme un clin d'oeil. Pour ma part, je crois que c'est la liberté de chaque lecteur que d'imaginer une suite ou une fin différentes, comme je l'ai fait dans les " Histoires à la carte ". "

J'achète ce livre grand format à 25 €