Pompéi : quelques heures avant l'éruption tragique du Vésuve

Nicolas Gary - 19.08.2016

Patrimoine et éducation - A l'international - Pompéi eruption Vesuve - Rome histoire archéologie - Great Pompeii Project


L’histoire tragique de Pompéi a su inspirer romans, essais et bande dessinée à foison. Dans un documentaire inédit, Arte propose de retrouver la vie dans les rues de la cité latine. Entre archéologie, histoire et sociologie, un parcours se dessine, celui des habitants. Cette réalisation s’inscrit par ailleurs dans le cadre du Great Pompeii Project, la plus importante campagne de recherche et restauration sur le site.

 

 

 

Le 24 août de l’an 79, à midi, le Vésuve entre en éruption et engloutit Pompéi sous quinze mètres de pierre ponce et de cendres. Parmi les vestiges les plus poignants du site figurent les moulages de corps pétrifiés dans la mort de ceux qui furent piégés dans la ville, n’ayant pu fuir à temps. Effectués vers 1860 par les archéologues qui entreprirent les premières fouilles, et découvrirent dans les matériaux volcaniques des empreintes de corps imprimées en creux, ces moulages révèlent aujourd’hui des trésors d’informations sur la vie romaine. 

 

Grâce aux récentes recherches opérées dans le cadre du «Great Pompeii Project» – à ce jour, le plus ambitieux projet de restauration et de protection de cet inestimable patrimoine de l’humanité, doté de 150 millions de dollars –, de nouvelles connaissances nous parviennent ainsi, sur Pompéi et sur les populations qui y vécurent il y a deux mille ans. 

 

Avant la destruction 

 

En compagnie d’une équipe d’archéologues passionnés qui utilisent des techniques de recherche les plus en pointe, nous pénétrons dans des lieux inaccessibles aux visiteurs et plongeons dans l’intimité des habitants de la cité. L’analyse au scanner des ossements emprisonnés dans le plâtre des moulages offre un moyen unique de mieux connaître l’identité des habitants de la cité. Bains publics, arènes de gladiateurs, forums, temples et villas romaines sont reconstitués en images 3D pour prendre la mesure de la beauté des fresques et des mosaïques qui ornaient les plus somptueux édi ces. Elles sont aujourd’hui patiemment restaurées. 

 

Sous l’égide de l’Unesco, cette initiative internationale s’est vue doter de 150 millions de dollars pour relancer des dizaines de chantiers de rénovation. Il s’agit aussi de pérenniser l’inscription du site sur la liste du patrimoine mondial de l’humanité, qui menaçait de lui être retirée pour mauvaise gestion.

 

Car autant que les intempéries et les déambulations de millions de visiteurs annuels, la corruption gangrène depuis longtemps la conservation de ces ruines aussi splendides que rentables. Si le problème est en passe d’être réglé, il ne l’est toujours pas totalement, «The Great Pompeii Project» accusant déjà un retard certain dans ses objectifs, alors que la date butoir pour la fin du projet a été fixée à décembre 2016.

 

Pompéi, la vie avant la mort, sera diffusé le 10 septembre à 20h50 sur Arte.