Portables et Kindle remplacent les livres scolaires papier

Clément Solym - 28.10.2009

Patrimoine et éducation - A l'international - poratables - Kindle - remplacer


Une grande première, il fallait que ça commence, et c'est dans la ville de Ashburnham (Massachusetts), que l'école Cushing Academy va mettre en place. Elle pourrait être le tout premier établissement (public ou privé confondus) à faire disparaître la majeure partie de la collection des livres papier présents dans sa bibliothèque scolaire. D'ailleurs, seul 0,15 % des 20.000 ouvrages disponible est utilisé en termes d'emprunts chaque jour.


Le message vient d'ailleurs des élèves eux-mêmes : ils n'utilisent pas les livres imprimés, et les conserver juste pour eux n'a pas grand sens. Ils vont simplement prendre la poussière. Pour être honnête, autant passer à l'information numérique...

Si les élèves veulent faire des recherches, ils utiliseront désormais des ordinateurs portables ou des postes fixes pour accéder aux ouvrages de l'une des 13 bases de données à laquelle l'école est abonnée. Et s'ils veulent télécharger un livre spécifique, un bibliothécaire les aidera à le faire pour qu'ils puissent les lire sur l'un des 65 Kindle présents dans l'école.

Le directeur de l'école, Tom Corbett, souligne que si les Kindle représentent un achat coûteux, les livres numériques compensent largement par un tarif de 5 $ en moyenne pour les ouvrages contre 30 $ en version papier. Certes, les bibliothécaires ont des opinions mitigées, mais dans l'ensemble, cette initiative avant-gardiste est plus susceptible d'être adoptée par les enfants aujourd'hui dans le milieu scolaire.

Pour l'heure, 10.000 ouvrages ont déjà disparu des étagères depuis l'été dernier et le reste ne devrait plus tarder. Un professeur d'histoire fait part de son attachement au livre papier, mais on se résout devant la nécessaire évolution.

Bien sûr, l'établissement est privé et dispose donc de fonds nécessaires pour réaliser cela sans se poser (trop) de questions. D'autant que ces outils sont manifestement destinés à avoir une forte influence sur le monde scolaire, reconnaît Cassandra Barnett, présidente de l'Association américaine des bibliothèques scolaires.