Pour lutter contre l’illettrisme, le préfet d'Île-de-France nomme Agnès Salvadori

Joséphine Leroy - 05.04.2016

Patrimoine et éducation - Scolarité France - illettrisme prévention lutte - mission région île-de-france - Agnès Salvadori IdF


La chargée de mission travaillera sur la « prévention » et la « lutte contre l’illettrisme ». Le phénomène concerne 2,5 millions de personnes en France. En Île-de-France, 5 % de la population âgée de 18 à 65 ans est touchée. La mission aura pour objet d'optimiser les outils mobilisés par l'État en articulation avec la région et les collectivités territoriales, les entreprises et la société civile. 

 

Reading

(Sam Greenhalgh / CC BY 2.0)

 

 

Pour caractériser un cas d’illettrisme, les études ne prennent pas en compte la scolarisation en France, mais la maîtrise précise de certaines compétences : ce n’est pas seulement lire, écrire, compter, mais c’est aussi la difficulté à comprendre des consignes, à faire des courses, à accompagner la scolarité de leur enfant, au déplacement…

 

Les chiffres ne prennent pas en compte la maîtrise de la langue française, car, selon les données, 71 % des personnes concernées parlaient uniquement français durant l’enfance. Par ailleurs, ni l’orthographe ni la grammaire ne sont utilisées comme critères. 

 

Il s’agit de renforcer la loi d’orientation de lutte contre les exclusions du 29 juillet 1998, avec l’Agence Nationale de Lutte contre l’Illettrisme. Elle favorise le repérage des personnes concernées et assure un accompagnement. 

 

Le problème de l’illettrisme est remis en lumière. Il le sera à nouveau en septembre, à l’occasion de la 3e édition des Journées nationales d’action contre l’illettrisme qui se déroulera du 5 au 10 septembre 2016. Par des manifestations de proximité, la journée remettra en avant les nombreuses actions existantes pour l'accès à la lecture, à l'écriture et au calcul.