Profs armés ? Un enfant de 6 ans a plus besoin de livres que de terreur en classe

Fasseur Barbara - 05.03.2018

Patrimoine et éducation - A l'international - Sécurité Scolaire USA - Armes à feu USA - USA Floride Fusillade


La BBC fait état d’une vingtaine de fusillades à proximité ou en milieu scolaire depuis le début de l’année 2018 aux États-Unis. Mais après le massacrce de Floride, le mercredi 14 février dernier, le gouvernement a annoncé des mesures radicales. Le projet consiste à armer les professeurs et d'accorder des bonus à ceux qui seront entrainés au tir. Après de nombreuses contestations, les enseignants acceptent d’être armés oui, mais pas avec des armes à feu.

 
164: Checking out my classroom for next year, totally stoked on the wood paneling
srsldy (CC, BY, NC, ND)

 

Le mouvement de protestation a démarré le 21 février, sur le réseau social Instagram. Quelques heures après la déclaration du président américain Donald Trump, suggérant que des enseignants armés représenteraient une mesure préventive efficace contre de nouvelles fusillades en milieu scolaire. Bien qu'il ait par la suite clarifié sa déclaration sur Twitter, le jeudi 22 février, en précisant qu'il pensait à « des armes dissimulées, confiées à des professeurs aptes à les utiliser », l'avis des personnes concernées reste le même.

 

Et ce n’est certainement pas du goût de la majorité des enseignants, qui sont de plus en plus nombreux à poster des selfies et des messages via le hashtag #ArmMeWith (armez-moi avec) pour montrer leur mécontentement. Ce sont les comptes the.feminist.teacher, enseignante en Californie du Sud et thesuperheroteacher, tenu par Brittany Wheaton, qui auraient initié le mouvement le 21 février dernier.

 

Elles ont posté des photographies de messages imprimés demandant de meilleurs budgets et des programmes de soutien et d’accompagnement des élèves plutôt que des armes. Elles invitaient également les autres enseignants à suivre le mouvement, comme Margarette Anne, qui a posté sa propre liste de souhait : « Des crayons, du papier, de la technologie, des livres, du matériel artistique, des conseillers… mais pas d’armes à feu. » Et beaucoup de ces posts ont reçu des centaines de likes et d’autres professeurs de remplir la section des commentaires pour montrer leur soutien et leur approbation.

 

D’autres hashtags ont également vu le jour tel que #educatorsagainstviolence (enseignants contre la violence) et #schoolsafetynow (sécurité scolaire immédiate), grâce auxquels des centaines de professeurs à travers les États-Unis et même au-delà, ont rejoint le mouvement de protestation. Ils prônent la non-violence et affichent les objets inoffensifs qu’ils aimeraient voir fleurir dans leurs salles de classe, que le budget colossal de 67 millions $ (près de 55 millions €) annoncés pour les armer permettrait d'obtenir.

 

Deux morts dans une fusillade au sein
d'une bibliothèque du Nouveau-Mexique


Le site de la BBC rapporte que Lindsey Paull, professeur dans une école primaire de l'Iowa, écrit qu'elle serait prête à quitter l'enseignement, sa carrière de rêve, s’il lui était demandé de porter une arme à l'école. « #ArmMeWith avec des livres, car les enfants de six ans ont besoin d'apprendre à lire et non pas d'être terrorisés en classe », écrit-elle sur l'affiche qu'elle a publié.

 

Ou encore writeonwithmissg, professeur d'anglais, qui déclare « #ArmMeWith la meilleur des barrières contre la haine, l'ignorance et la violence : de la littérature et des connaissances qui donneront plus de pouvoir à mes élèves. »
 


 


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.