Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Publications scientifiques : L'université de Trieste adopte l'Open Source

Cécile Mazin - 24.11.2014

Patrimoine et éducation - A l'international - Italie Open Source - éditeur publications - université Trieste


Les éditions Eut, responsables des publications de l'Université de Trieste, ont décidé, avec l'approbation du conseil d'administration et le Sénat de l'Université, de s'ouvrir à l'Open Source. Depuis juin 2013, en plus de l'édition papier et numérique des ouvrages, la maison d'édition universitaire dispose d'un archivage numérique, l'OpenstarTs, qui regroupe les ouvrages téléchargeables gratuitement.

 

 

Open Access (storefront)
Gideon Burton, CC BY SA 2.0

 

 

Fondées en 2005, les éditions Eut disposent d'un catalogue riche en projets d'enseignants et chercheurs de l'Université de Trieste comme d'auteurs externes. Chaque année, elle publie 1 000 documents en open source, soit 28 collections en libre consultation avec 13 champs thématiques, pour un total de 5 millions de téléchargements prévus pour fin 2014.

 

« La diffusion des travaux de recherche est ainsi mondiale » explique Guido Abbattista, professeur du département des Études humanistes et membre du Comité scientifique qui planifie l'éditorial et ses articulations scientifiques, « beaucoup d'entre eux sont écrits directement en anglais, un résultat que nous n'aurions jamais avec le papier. L'équipe est très compétente et le but de l'opération est de restituer à la collectivité les recherches qu'on mène avec les financements publics. »

 

Abbattista poursuit : « De sorte que, après avoir payé les recherches, nous ne nous sommes pas obligés de dépenser à nouveau des sommes d'argent pour nous abonner aux revues coûteuses qui les publient. En Italie, il s'agit d'une opération d'avant-garde, car seulement l'Université de Florence fait de même, et peut-être prochainement celle de Trento aussi. »

 

Mauro Rossi, le directeur des éditions Eut, ajoute : « Les livres papiers (pour 2/3 d'auteurs de l'université) sont destinés aux échanges avec les bibliothèques, nous doutons encore du résultat de la conservation numérique, car nous ne savons pas si elle sera efficace ou pas. Il s'est écoulé trop peu de temps, depuis les premiers textes, pour en avoir la certitude. D'autre part, la publication en ligne permet une divulgation rapide des textes, qui, en même temps, retournent gratuitement aux collectivités. La majeure circulation des savoirs est un multiplicateur du développement scientifique et de l'innovation. »

 

Basé en Espagne, le « Ranking Web of World Repositories » a analysé 2 000 archives scientifiques sur le Web, en prenant en considération les données quantitatives sur les contenus et les facteurs de circulations des extraits dès les principaux moteurs de recherche. L'Université de Trieste a ainsi obtenu un très bon score, en arrivant en 94e position en Europe (sur 704 archives) et en 195e position à l'échelle mondiale.

 

L'archive, que l'on peut consulter gratuitement, dispose également d'ouvrages didactiques, de thèse de doctorat et de documents officiels. Si les auteurs acceptent la forme de divulgation open source pour leurs livres avec les éditions Eut, ils renoncent à leurs droits d'auteurs, mais ne perdent pas la possibilité de commercialiser ailleurs leur ouvrage. (via Il piccolo)

 

Une approche particulièrement louable, alors qu'en France, les universités rencontrent de sérieux problèmes avec des structures qui, comme Elsevier, recommercialisent des publications issues de travaux de recherches, financés par les deniers publics.