Quand 17 musiciens interprètent Finnegans Wake, c'est plus audible ?

Nicolas Gary - 02.02.2016

Patrimoine et éducation - A l'international - Finnegans Wake - James Joyce - accompagnement musique


Plonger dans Finnegans Wake, c’est l’assurance de s’offrir des nuits sans sommeil. Non que le roman soit passionnant au point de tenir éveillé, mais pour comprendre ce qui s’y passe, il faut y revenir à plusieurs fois. Plutôt que de le lire, pourquoi alors ne pas l’écouter en musique ? On ne parle pas ici d’un simple livre audio, mais bien d’une lecture musicale...

 

 

 

Régulièrement présenté, à raison, comme l’un des romans les plus difficiles à lire, Finnegans Wake a fait le bonheur de scientifiques polonais. Ces derniers, étudiant la littérature sous l’angle de l’analyse fractale, avaient décerné la Palme de la Fractalitude au livre

 

Mais un autre projet intéressera le lecteur : un groupe d’universitaire vient de lancer le projet Waywords and Meansigns avec une idée simple. Dix-sept musiciens différents, situés partout dans le monde, ont été invités à interpréter musicalement un chapitre. Avec une seule contrainte : « Le texte du chapitre doit être audible, intégralement, et plus ou moins dans son ordre original. »

 

Ah, les chercheurs...

 

Évidemment, ces gens réunis autour de James Joyce sont avant tout de grands fans, conscients de la complexité de son travail. Voici qu’ils aboutissent alors à 17 chapitres transcrits en musique – interprétés tant par des amateurs que des artistes établis tels que Grammy David Kahne ou Mike Watt.

 

Derek Pyle, qui pilote le projet, évoque le caractère déjà très expérimental de Ulysse, sur lequel Joyce a passé plusieurs années de sa vie. Mais Finnegans Wake a demandé 17 années d’écriture, pour un résultat qu’un romancier de science-fiction de l’envergure de Philip K. Dick avait porté au pinacle. Selon lui, il s’agissait d’un modèle de mémoire type ordinateur, que Joyce aurait réuni sous la forme d’une conscience cosmique. Oui, Dick se droguait, mais cela n’explique pas tout.

 

D’ailleurs Joseph Campbell jurait que si le monde avait brûlé, on aurait pu reconstruire l’histoire de la conscience humaine à partir de ce livre. 

 

Pour en revenir au projet audio, il est assez saugrenu à écouter. Mais chacun se fera une idée plus personnelle : 

 

 

(via Guardian)


Pour approfondir

Editeur :
Genre :
Total pages :
Traducteur :
ISBN :

Finnegans Wake

de James Joyce

Traduit pour la première fois dans sa version intégrale, Finnegans Wake, oeuvre rebelle, s'exprime par épiphanies, telles que définies dans Ulysse - c'est-à-dire ces instants où les mots comme des photons reconstituent la figure d'interférence, visible seulement dans sa frange brillante. Pour certains, la révolution est à peine suffisante. Ils partent, hantent les asiles dont ils font une bibliothèque, habitent les prisons où flotte le feu de leurs rêves, créent un pseudo-langage qui n'est plus entendu mais reconnu de leurs seuls semblables. Errants jusqu'à l'inconsistance, telle la révolutionnaire russe Alexandra Kollontaï : "... Comme j'aimais Kuusa en septembre... l'odeur des pins et, comme des toiles d'araignées tendues entre eux, les nuages chargés de rosée, au matin."

J'achète ce livre grand format à

J'achète ce livre de poche 12.50 €