Quand Anne Frank censurait ses propres blagues “salaces”

Fasseur Barbara - 16.05.2018

Patrimoine et éducation - A l'international - Journal Anne Frank - Anne Frank Découverte - Blagues Cochonnes Anne Frank


Le journal intime d’Anne Frank n’avait pas encore livré tous ses secrets. Hier à Amsterdam, la maison-musée présentait des découvertes qui venaient juste d’être déchiffrées. Ce sont deux nouvelles pages du fameux journal qui ont été révélées. Et cette fois-ci, c’est la jeune fille elle-même qui s’était censurée, les couvrant de papier kraft.


2012-08-11 - Anne Frank - 0010
(Kelly Garbato, CC, BY NC ND 2.0)
 

Cinq phrases rayées, quatre blagues « salaces » et 33 lignes où elle parle d’éducation sexuelle et de prostitution. Sur le site AnneFrank.org, on apprend que, pour l’ensemble des chercheurs, cette nouvelle découverte est aussi une façon de rappeler qu’avant d’être une figure de l’Holocauste, Anne Frank était avant tout une jeune adolescente comme les autres.

Le déchiffrage a été effectué par des chercheurs du Musée Anne Frank, de l’Institut pour les études de la Guerre de l’Holocauste et du Génocide, et de l'Institut Huygens d’Histoire des Pays-Bas. Ils ont photographié les pages couvertes de papier brun en les rétroéclairants avec l’aide d’un flash. Puis ils ont utilisé un logiciel de traitement d’image pour en déchiffrer les mots.

Ces derniers étaient difficiles à lire, car mêlés à l’écriture du verso des pages. Malgré tout, cachés derrière, ils ont pu identifier quatre blagues qu’Anne Frank qualifie de « grivoises » et des explications franches et directes du développement sexuel de la femme, du sexe, de la contraception et de la prostitution.
 

Entretien avec soi-même


Dans ces pages, elle s’adressait à une interlocutrice imaginaire comme souvent dans son journal, ici Kitty. Elle y décrit comment une jeune femme a ses premières règles autour de l’âge de 14 ans, précisant qu’il s’agit « d’un signe qu’elle est prête à avoir des relations avec un homme, mais elle ne le fera pas avant d’être mariée bien entendu. » Sur la prostitution, elle écrit : « Tous les hommes, s’ils sont normaux, vont voir des femmes, ce genre de femme les accoste dans la rue et ils s’en vont ensemble. À Paris, ils ont de grandes maisons pour ça, Papa y a été. »

Pour ce qui est des histoires drôles, l’une d’entre elles donnerait : « Tu sais pourquoi les Allemandes de Wehrmacht sont aux Pays-Bas ? Pour servir de matelas aux soldats / pour que les soldats se couchent dessus » ou encore « C’est un homme qui a une femme vraiment affreuse et il ne voulait pas coucher avec elle. Un soir, il rentre à la maison et il voit son ami au lit avec sa femme, alors l’homme dit : “Il couche avec toi et je dois le faire aussi !!!”. »

Dans un communiqué, Frank van Vree, directeur de l’institut néerlandais pour les études de la Guerre, de l’Holocauste et du Génocide précise : « Tous ceux qui liront les passages qui viennent d’être découverts ne pourront s’empêcher de sourire. Les blagues “cochonnes” sont répandues chez les enfants. Elle rappelle qu’Anne, et ce malgré tous ses dons, était avant tout une fillette ordinaire. »
 

La censure paternelle à l'origine


Anne Frank était âgée de 13 ans lorsqu’elle a écrit ces deux pages datées du 28 septembre 1942. C’était moins de trois mois après qu’elle et sa famille ainsi que d’autres familles juives se sont réfugiées à l’abri des nazis dans une annexe secrète, cachée derrière une maison amstellodamoise, en bord de canal. C’est probablement contre les curieux dont elle parle à de nombreuses reprises dans son journal qu’elle les a couvertes de papier brun.
 

L'émouvante lettre du libraire de
Shakespeare & Co à Anne Frank


Cette découverte n’est pas aussi surprenante qu’il n’y paraît puisque la jeune Anne avait écrit de manière tout aussi honnête à propos de sa propre sexualité naissante, de son anatomie et de l’arrivée de ses règles dans d’autres entrées de son journal. Cela lui a d’ailleurs coûté les foudres de quelques écoles américaines en 2013 quand ces passages avaient été ajoutés à la nouvelle édition.

Ces passages en revanche avaient été censurés par son père avant la première publication du journal en 1947, mais sont devenus accessibles dans une version intégrale publiée plus récemment. Pour le moment, impossible de savoir si ces nouvelles découvertes seront ajoutées aux prochaines éditions de l’œuvre. 
 



Commentaires

Cette info me touche beaucoup, non pas par son contenu, tout à fait naturel, mais parce que je me suis rendue dans la cache en question en 1960 (j'avais à peu près son âge !). C'était quasiment resté en l'état et j'en conserve une très forte émotion.Ainsi que... un exemplaire de la 1ère édition du journal. Nul doute qu'Anne possédait un talent d'écrivain.Et nul doute non plus qu'elle ressemblait à toutes les filles de son âge... hier, aujourd'hui et... demain. Ajoutons enfin que la prostitution n'est pas vue de la même façon dans tous les pays, ex. aux Pays-bas ou en Allemagne. En revanche, si son père est venu à Paris il serait intéressant de savoir si elle aussi ? Et dans quelles circonstances ?

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.