Quand le poète Saint-Pol-Roux se faisait journaliste breton

Victor De Sepausy - 01.11.2019

Patrimoine et éducation - Patrimoine - saint - pol - roux


Le Bulletin des Amis de Saint-Pol-Roux revient dans une nouvelle livraison qui nous fait découvrir un aspect souvent méconnu du poète né à Marseille en 1861 mais qui se prit d’amour pour la pointe du Finistère. C’est le Saint-Pol-Roux journaliste breton. Si les termes journaliste et poète peuvent a priori nous apparaître comme antinomiques, il n'en est rien et sous la plume de Saint-Pol-Roux naît une prose alliant le poétique au journalistique.
 
Après avoir longtemps habité Paris, Saint-Pol-Roux s’installe d’abord avec sa femme à Roscanvel, dans le Finistère en 1898. Venu au départ pour de simples vacances, « le Magnifique », comme on le surnomme souvent, se prend d’amour pour les terres bretonnes. Il décide alors d’y élire définitivement domicile en jetant son dévolu sur un petit bout de terre qui domine l’océan. Ce lieu, dont il ne reste hélas que des ruines, deviendra le manoir de Coecilian, du nom de son fils mort au cours des combats de la Première Guerre Mondiale.

 

Dès les premières années de son installation dans le Finistère, Saint-Pol-Roux s’investit pleinement dans la vie locale, ce qui va le conduire à prendre régulièrement la plume dans le quotidien La Dépêche de Brest dont le directeur, Louis Coudurier, lui ouvre les portes.
 
De 1909 à 1939, pendant trente ans, Saint-Pol-Roux met sa plume de poète au service d’une forme de glorification de la Bretagne, une terre dont il ne peut plus se défaire. Mikaël Lugan, président de la Société des Amis de Saint-Pol-Roux, a patiemment réuni toutes les contributions du poète publiées dans La Dépêche de Brest et nous en offre un panorama presque exhaustif.
 
On y découvre alors une parole poétique « retrouvant le mouvement ascendant des odes de l’Antiquité ou de la Renaissance », qui célèbre les grands noms passés, comme les artistes contemporains qui entourent le poète. « Quelle que soit la circonstance qui les provoque, quelle que soit la forme qu’ils empruntent, les textes que Saint-Pol-Roux donne à La Dépêche de Brest s’animent de ce lyrisme qui remonte aux origines de la poésie, art premier selon le Magnifique », précise Mikaël Lugan dans l’Avant-propos de la livraison d’octobre 2019 du Bulletin des Amis de Saint-Pol-Roux.
 
Le très riche appareil critique escortant les coupures du presse réunies dans ce volume permet d’éclairer le lecteur sur les personnages évoqués et leurs rapports avec le poète, ce qui rend l’ensemble à la fois instructif et lisible comme une composante d’une biographie de Saint-Pol-Roux qui reste encore à construire.
 
Quand Saint-Pol-Roux évoque la venue de Sarah Bernhardt à Brest pour une représentation unique de La Dame aux camélias d’Alexandre Dumas, le poète se fait élogieux, nourri de l'admiration qu'il porte à la célèbre tragédienne :
 
« Il est des êtres d’élection que Dieu compose d’une argile rare.
Dès leurs formes dressées, le créateur y verse un don subtil, puis, au moyen d’une caresse les ayant signées de son empreinte, il dit enfin : ‘Allez, ô mes personnes Images !’
C’est grâce à ces élus que la divinité se rend visible sur la terre
Sarah Bernhardt est un de ces magnifiques chefs-d’œuvre. »

 
Le poète met aussi sa plume au service de toutes les causes généreuses et, quand la chapelle de Rocamadour est détruite par les flammes le 25 février 1910, il ne peut rester sans voix :
 
« Camaret est en deuil.

Elle n’est plus, son Âme très ancienne !

Notre-Dame de Rocamadour, qui résista bellement aux boulets anglais en 1694 et qui même daigna les saluer à la française du bout pointu de son clocher, Notre-Dame de Rocamadour, sœur spirituelle de l’héroïque Tour Dorée, Notre-Dame de Rocamadour oriflammée d’une bulle papale mandée de Pont-de-Sorgues ès Avignon, Notre-Dame de Rocamadour, dite l’Étoile de la Mer, a succombé, ce matin, vers cinq heures, sous un coupable assaut de serpents rouges. »

 
Mais il ne faudrait pas non plus laisser sous silence le bel « Hymne à la Bretagne » qu’il fit publier en avril 1913 et dont voici les poétiques premières lignes :
 
« Bretagne de la mer, des monts et des campagnes ; Bretagne du blé noir, du lait, de la pêche, du lin ; Bretagne de légende où le lavoir parle au calvaire et le puits au moulin ; Bretagne de geste et Bretagne de pierre ; laisse, ô Bretagne ancienne et printanière, laisse que je t’honore ainsi que tous honorent celle de sagesse qui nous a bercés, laisse que je t’adore comme l’on adore celle de folie qui nous a caressés, parce qu’elle est douce et bonne, et parce qu’elle est jolie !
 
Vue d’entre les deux ailes d’un mouscoul en vol, comme elle est belle sur le sol, en sa cuirasse de falaise et sa parure de cromlech, sous sa roide ossature de Montagnes-Noires, d’Arrée, du Ménez, parmi ses veines, l’Aulne, le Blavet, la Rance, la Vilaine, et l’artère de gloire à sa base, la Loire ! Comme elle est belle sur le sol avec ses bras tendus ; le Ras et Saint-Mathieu, vers l’Iroise où miroite un poisson populaire et s’aiguisent les sourdes colères de Dieu ! Comme il est cousu d’or et d’or à l’infini par les aiguilles du genêt, son corps membré de chênes, musclé de granit ! »

 
Ce volume se picore et l’on peut venir y lire un article poétique sans se soucier d’une lecture chronologique. C’est à chaque fois une belle découverte, une façon vivifiante de faire sonner les mots pour chanter la vie bretonne de la première partie du XXème siècle. Saluons donc le travail remarquable de Mikaël Lugan qui rend accessible dans une très belle livrée ces pages poétiques dont une grande partie a été retrouvée grâce au site ladepechedebrest.fr qui met en ligne l’intégralité de des archives du quotidien breton depuis sa création en 1886.
 
Le numéro double du Bulletin des Amis de Saint-Pol-Roux n°9-10 d’octobre 2019 (363 pages, 25 euros) peut être commandé auprès de l’association des Amis de Saint-Pol-Roux dont le site est accessible à la page suivante.



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.