Quand les universités anglaises perdent leurs économies dans la crise

Clément Solym - 14.11.2008

Patrimoine et éducation - A l'international - universités - anglaises - crise


Selon les premiers chiffres avancés, les établissements anglais auraient 77 millions de livres (98 millions d’euros) placées dans des banques islandaises en situation de faillite. Le HEFCE (Higher Education Funding Council for England, qui assure le financement de l’enseignement supérieur) a rendu public ces mauvais placements réalisés par douze universités anglaises.

Les établissements bancaires islandais en difficulté sont Landsbanki, Glitnir et Kaupthing Singer & Friedlander. Oxford et Cambridge sont les deux universités qui risquent le plus gros avec respectivement 38 et 14 millions d’euros de sommes bloquées.

Malgré ces révélations, les directeurs des différentes universités souhaitent relativiser les pertes. Elles ne mettront en aucun cas en péril le fonctionnement des établissements malchanceux. Ainsi pour Oxford, les fonds gelés représentent à peine 5 % de ceux dont dispose l’université. Pour Cambridge, il ne s’agit que de 3 % de ses placements.

Néanmoins, tout sera entrepris pour tenter de retrouver les sommes engagées dans les différentes banques islandaises, même s’il est peu sûr d’obtenir, dans la situation actuelle, un quelconque dédommagement.