Quantifier les documents détruits, et pas en Fahrenheit

Antoine Oury - 06.10.2014

Patrimoine et éducation - A l'international - infographie destruction - documents bibliothèques - Samuel Granados


Difficile, et aussi un peu déprimant, de se représenter la somme de documents qui ont été perdus au fil des siècles, suite à des incendies ou des conflits. Pour La Lettura, le supplément culture du Corriere della Sera, un infographiste argentin a tenté de relever le défi en convertissant les documents en octets, pour tenter de fournir une visualisation à peu près représentative.

 


Samuel Granados est l'infographiste en chef du journal argentin La Nación, et a répondu à la commande du supplément italien. Le Courrier international a repris sa production dans ses pages, et s'est chargé de la traduction : l'infographiste a converti approximativement les documents en données informatiques, selon le barème 739 livres pour 1 Go.

 

Les raids aériens de la Luftwaffe pendant la Seconde Guerre mondiale arrivent en tête des destructions, devant ceux des alliés, sur l'Allemagne, au cours du même conflit. Le siège de Sarajevo, pendant le conflit entre la Bosnie-Herzégovine et la Serbie, dès 1992, avait abouti à la destruction quasi totale de la Bibliothèque nationale, ce qui le place en troisième position sur ce funeste podium.

 

 

 

Une version plus grande de l'image est accessible à cette adresse.