Québec : le mystère Réjean Ducharme entre au Musée de la civilisation

Antoine Oury - 16.09.2019

Patrimoine et éducation - A l'international - Réjean Ducharme - musée civilisations ducharme - Québec Rejean Ducharme


Malgré sa disparition en 2017, l'écrivain Réjean Ducharme reste un auteur qui fascine le Québec et le monde entier : mystérieux, volontiers anonyme, l'auteur du livre culte L’Avalée des avalés (1966) est resté toute sa vie insaisissable. Le Musée de la civilisation, à Québec, vient de recevoir une donation qui permettra de recréer les lieux de travail de l'écrivain, d'ici 2022.
 
La photo du passeport de l'auteur, une des seules en circulation


Monique Jean, exécutrice littéraire et liquidatrice de la succession de Réjean Ducharme, décédé en 2017 à l'âge de 76 ans, a dévoilé la donation effectuée au bénéfice du Musée de la civilisation de Québec : l'intégralité du contenu de son bureau et de son atelier, ce qui offre un point de vue inédit sur les habitudes et le travail de cet auteur célébré, mais mystérieux.

« Par cette donation, Ducharme nous fait à nouveau signe de la main, et ce signe s'inscrit désormais dans la durée. Cette donation est faite en reconnaissance de la dette de Ducharme envers tous ceux et celles qui ont accepté, tout simplement, d'un accord tacite, sa discrétion, pour remercier chacun et chacune d'avoir accepté les conditions qui lui étaient nécessaires pour écrire et accéder à la liberté qu'il recherchait », indique Monique Jean dans un communiqué.

Plus d'un millier d'ouvrages font partie de cette donation, conservés dans le bureau et la bibliothèque de l'écrivain : parsemés d'annotations, ils constitueront une source de connaissances de premier choix pour les chercheurs et spécialistes de son œuvre.

L'environnement de travail de l'auteur, dans son bureau, apporte déjà des éclairages puissants sur ses modèles littéraires : il avait accroché des portraits de ces références, qui vont de Louis-Ferdinand Céline à Virginia Woolf, en passant par Jean-Paul Riopelle, Léon Tolstoï, Émile Nelligan, Gérald Godin, Gabrielle Roy ou encore Sainte Thérèse de Lisieux.
 

L'œuvre graphique de Ducharme également représentée


« Comme musée de société, c'est un immense privilège d'accueillir au sein de nos collections la donation d'éléments aussi emblématiques du personnage mythique qu'est Réjean Ducharme », a souligné Stéphan La Roche, directeur général du Musée de la civilisation.

Si l'œuvre littéraire de Ducharme est au cœur de la donation, son œuvre plastique en fait aussi partie, puisque quatre Trophoux inachevés sont donnés au Musée de la civilisation par Charles Forget et Stefan Georgesco. Ces Trophoux, que Ducharme construisait sous le pseudonyme de Roch Plante, sont des collages et des agglomérations d'éléments épars, récupérés et recyclés pour constituer une œuvre.
 
« Son œuvre littéraire et son œuvre plastique sont indissociables. La première se démarque par une esthétique ancrée dans son rapport intime à la langue qu'il manie et réinvente avec une virtuosité magistrale, tout comme il donne une seconde vie, un nouveau sens aux matières recyclées avec lesquelles il conçoit ses Trophoux », explique Stéphan La Roche.

La donation donnera lieu à une grande exposition consacrée à Ducharme, sa vie et son œuvre, d'ici 2022.

A noter qu'en 2017, le Salon du livre de Montréal avait mis l'auteur à l'honneur, avec une exposition de 198 dessins inédits. 


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.