Québec : les négociations commencent aujourd'hui

Clément Solym - 28.05.2012

Patrimoine et éducation - A l'international - Québec - grève étudiante - loi 78


C'est aujourd'hui que les leaders du mouvement étudiant québecois, désormais désigné comme un « Printemps érable », vont - enfin - être reçus par le gouvernement, dans la perspective d'une résolution du conflit.

 

La Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ) et la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ) seront en première ligne, soutenues par la Coalition large de l'Association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE) et la Table de concertation étudiante du Québec (TaCEQ). Ils feront face à la ministre de l'Éducation et à celui des Finances, ainsi qu'au négociateur du gouvernement.

 

Alors que le gouvernement vient d'adopter la loi 78, une mesure « pour casser la grève » en limitant les libertés individuelles, (voir notre actualitté) « le temps [...] manque», comme l'écrit l'éditeur, auteur et journaliste Jean Barbe, même pour lire les livres. « Pauvres livres. Ils m'attendent sur ma table » admet ainsi l'écrivain.

 

« Quel livre, dites-moi, arrive à la cheville du réel ? » interroge l'auteur, qui fait référence à ces évènements jusqu'alors inimaginables dans une province comme le Québec, appartenant à une grande démocratie : « Des flics partout, des cagoulés partout, de mystérieux cocktails Molotov qui n'explosent jamais et que les dangereux casseurs oublient un peu partout. » Espérons que l'histoire se termine bien pour les étudiants auxquels le gouvernement ne réservait rien de moins qu'une année scolaire à 4000 €.