Raymond Radiguet : le Diable au corps, sur 13 cahiers d'écolier

Cécile Mazin - 24.11.2015

Patrimoine et éducation - Patrimoine - Raymond Radiguet - Diable corps - vente enchères


La maison d'enchère Christie’s de Paris proposera quelques perles de la littérature, avant qu’elle soit immortalisée : treize cahiers d’écoliers, représentant les brouillons du roman Le Diable au corps, seront mis en vente. Cette œuvre de Raymond Radiguet, que Jean Cocteau avait largement retouchée, représente une véritable occasion.

 

 

 

Une vente dédiée aux livres et manuscrits se tiendra le 2 décembre réunissant Beaumarchais, Voltaire ou encore Chateaubriand et Saint Exupéry. Mais l’on retient surtout ces textes de Raymond Radiguet. Un manuscrit « extraordinaire, resté inconnu à ce jour », assure la maison. 

 

Radiguet débute à quinze ans dans le journalisme et les revues d’avant-garde, écrit le Diable entre 16 et 18 ans, le Bal du comte d’Orgel entre 18 et 20 ans. Il meurt l’année de la publication du Diable, le 12 décembre 1923. 

 

C'est la guerre. On est en 1917. Marthe a 18 ans. Elle est fiancée à Jacques. Jacques est au front. Alors François, jeune lycéen, s'éprend de Marthe, et Marthe tombe dans les bras de François. Ils deviennent amants. Au loin, parfois, résonne le canon. 
Publié en 1923, lancé avec fracas par Bernard Grasset, Le diable au corps fit couler beaucoup d'encre, d'abord en raison du talent précoce de Radiguet, ensuite et surtout parce qu'il malmenait la figure, toujours sacrée, du soldat, faisant de la guerre l'une des conditions du bonheur sexuel.

 

 

La naissance du Diable au corps

 

En juin 1919, il rencontre Cocteau. La rédaction du Diable au corps commence au Picquey durant l’été 1921, à partir de notes prises en 1919. Le manuscrit est déposé aux éditions de la Sirène à la fin de 1921, une première lecture a lieu chez Jean et Valentine Hugo en janvier 1922. Le mois suivant, Grasset s’enquiert : « Il paraît que vous auriez un manuscrit et que c’est une chose admirable ». Le contrat est signé le 14 mars 1922. Il manque encore une fin au roman, qui sera publié un an plus tard, en mars 1923. 

 

« Comme un météore, Radiguet illumina le ciel et s’éteignit presque aussitôt. Entre fausse candeur et vraie cruauté, le Diable au corps, à la fois roman et analyse psychologique, a rencontré un énorme succès. La publicité habilement orchestrée par Grasset y a contribué. Mais sans le style du jeune prodige et sa noirceur inouïe, le Diable au corps ne serait pas tenu aujourd’hui pour un chef-d’œuvre. »

 

Dans les treize manuscrits, « on assiste littéralement à la naissance du Diable au corps », poursuit la maison. Le document est sans titre, et particulièrement corrigé, suite aux interventions de Cocteau – bien plus que le manuscrit connu et qu’héberge la BnF. 

 

Cocteau n’essaie pas d’influer sur le cours du récit. Il propose des mots plus appropriés ou des formulations plus heureuses. Ce manuscrit permet de mettre Cocteau à sa vraie place : celle d’un correcteur des « verbes du roman de Radiguet » comme il le dira lui-même, d’autant plus attentif qu’il est amoureux de l’auteur et qu’il l’admire : « Radiguet fait des merveilles... C’est la première fois qu’un poète vivant m’étonne » (Lettre à Félix Fénéon)

 

L’ensemble des treize cahiers couvre les trois quarts du roman, et est estimé entre 500 et 700.000 €. Ce lot s’inscrit dans la collection Roland Saucier, directeur de la librairie Gallimard, qui fut un contemporain de Radiguet. (plus d'informations)

 


Pour approfondir

Editeur : LGF
Genre : litterature...
Total pages : 192
Traducteur :
ISBN : 9782081354579

Le diable au corps

de Raymond Radiguet

Alors que la Première Guerre mondiale bat son plein, un adolescent de quinze ans entame une idylle passionnée avec une femme de trois ans son aînée, fiancée à un soldat parti au front. Bien loin des tranchées, les amants goûtent un bonheur aussi intense qu'égoïste. Mais peuvent-ils braver la morale en toute impunité ? Leur romance peut-elle survivre à l'un des plus grands traumatismes du XXe siècle ? Récit d'un amour interdit, portrait féroce d'une société conformiste et repliée sur elle-même, mais aussi atteinte portée à la stature héroïque du soldat, Le Diable au corps fit scandale lors de sa parution, en 1923. Aujourd'hui, l'oeuvre et son auteur, écrivain précoce mort prématurément à l'âge de vingt ans, n'en finissent pas de nous fasciner.

J'achète ce livre grand format à 3.90 €