Le Roman de Gillion de Trazegnies, feuilleton sentimental et médiéval

Nicolas Gary - 18.08.2015

Patrimoine et éducation - Patrimoine - Gillion de Trazegnies - chevalier - Jérusalem


En 2013, le musée J. Paul Getty a acquis une véritable perle, le Roman de Gillion de Trazegnies, qui raconte les batailles et l’amour d’un chevalier, à l’époque médiévale. Des enluminures nombreuses illustrent et accentuent les moments les plus dramatiques et importants dans l’histoire. 

 

 

 

Bien entendu, sur sa route, Gillion sera confronté à mille et un dangers, dont il sortira vainqueur avec panache. Ce roman anonyme date du XVe siècle, et fut produit pour la cour de Bourgogne. Il est censé honorer la famille Trazegnies, et dispose d’une dédicace formulée à l’attention de Philippe le Bon.

 

L’aventure de Gillion est tragique : sa femme Marie et lui ne parviennent pas à procréer, et, comme c’est la coutume, le chevalier embarque son plus beau canasson pour se rendre à Jérusalem. Sur place, il compte prier avec ferveur, pour que le Seigneur lui accorde une descendance.

 

Pas de chance, sur la route, il sera fait prisonnier par les troupes du sultan – dont la fille Gratienne tombera amoureuse, comme il se doit. Mais dans le comté de Hainaut (situé à la frontière franco-belge), Marie se désespère : en l’absence de son époux, et sans même l’intervention de l’archange Gabriel, elle a eu des jumeaux. 

 

Pendant ce temps, Gillion, qui, par une drôle de facétie, pense qu’il est veuf, décide de se marier avec Gratienne, alors que, dans le même temps, ses jumeaux âgés d’une quinzaine d’années décident de partir à sa recherche. Miracle, ils le trouveront, et Gillion revient au pays avec sa nouvelle femme, convertie au christianisme, on ne plaisante pas avec ces choses. Et retour au bercail.

 

Marie et Gratienne finiront au couvent, tandis que le sultan rappelle Gillion, qui ira, tout aussi vaillamment qu’il était venu la première fois, mourir au combat. On ne retrouvera que son cœur, enterré dans le comté de Hainaut. 

 

Édité pour la première fois en 2010 par Brepols Publishers, le livre continue de faire la fierté du musée qui l’abrite. Et ce dernier a décidé de produire plusieurs enregistrements de la lecture du manuscrit, en ancien français. 

 

Le premier est le prologue du livre, dont l’artiste Lieve van Lathem (1454-1493) a illustré les pages. 

 

 

Le second narre la rencontre des deux femmes – au passage, Gratienne va mourir dans son couvent, et Marie ne lui survivra que de deux jours. La conversion n’est donc pas un critère de survie...

 

 

 

On pourra retrouver l’intégralité des pages du livre sur le site du Paul Getty Museum.

 

 


Pour approfondir

Editeur : J'ai lu
Genre : policier &...
Total pages : 512
Traducteur :
ISBN : 9782290069141

La jeunesse de Guilhem d'Ussel, chevalier troubadour ; de taille et d'estoc

de Jean d' Aillon

Marseille, 1187. Antoine, orphelin de treize ans recherché pour meurtre, fuit la ville et se retrouve sur des routes infestées de bandits et de mercenaires. L'adolescent, qui a pris le prénom de Guilhem, va, au hasard de rencontres, être initié à l'art des troubadours comme à celui de la coutellerie, du lancer de couteau et du duel. Son chemin croise celui de Joceran d'Oc et de Jeanne de Chandieu qui, pour vivre leur passion, ont quitté l'habit et les ordres. Ils sont accusés du vol de la sainte lance, inestimable relique rapportée de Terre sainte par les croisés. Amour et honneur, quête de vérité et vengeance : la grande saga du chevalier troubadour Guilhem d'Ussel peut commencer.

J'achète ce livre grand format à 8 €