Redécouvrir Notre-Dame de Paris, l'occasion d'une fête

Clément Solym - 22.12.2011

Patrimoine et éducation - Patrimoine - Victor Hugo - bibliothèque numérique - Notre-Dame de Paris


Les fêtes de fin d'année seront de nouveau l'occasion pour des millions de touristes de découvrir ou de redécouvrir Notre Dame de Paris. Cette cathédrale, bâtie sur plus de deux cent dix ans, est évidemment un pôle d'attraction touristique...

 

Mieux encore : cette fin d'année sera peut-être l'occasion pour certains de découvrir que Notre-Dame de Paris, ce n'est pas que cette troupe de chanteurs à la voix incertaine, qui avaient glorifié les escapades de Quasimodo et les jambes interminables d'Esmeralda. 

 

Et pourtant, si la troupe a repris du service, avec Garou, Patrick Fiori et le dernier m'échappe, pour chanter combien le temps des cathédrales est fini, elle aura au moins eu le mérite d'attirer l'attention sur l'édifice.

 

 

Aujourd'hui, la cathédrale compte parmi les bâtiments les plus visités en France, au point de souffrir de cet engouement touristique. Quand ce n'est pas un engouement religieux, où l'on se retrouve pour prier et demander que les blasphémateurs de la pièce Golgota Picnic aillent brûler en enfer. 

 

Notre-Dame de Paris, ce sont 13,5 millions de visiteurs pour l'année 2011 - et quelques-uns encore que l'on attend, l'année n'étant pas tout à fait finie. Et accessoirement, le monument le plus visité de France, loin devant la tour Eiffel ou même le Louvre et le château de Versailles. 

 

 

Mais Notre-Dame de Paris, c'est aussi ce roman publié par Victor Hugo, racontant l'histoire d'un bossu et d'une gitane, l'alliance du sublime et du grotesque, dans la plus pure tradition du romantisme qui sévissait à l'époque.

 

Ce sont le vilain Quasimodo, si épris de la belle Esméralda, et autour d'eux, le poète Gringoire, ou encore le capitaine des archers du roi, Phoebus... Tous ces hommes, l'archidiacre y compris, dont les yeux ne s'ouvrent plus que pour la belle, l'incroyablement séduisante Esméralda.

 

Alors en cette période de fête et de visites touristiques, quoi de mieux que de s'offrir une révision de Victor Hugo, un petit cours accéléré de romantisme romanesque ?

 

L'ouvrage est à redécouvrir, évidemment, et à télécharger, en français ou en anglais, depuis la bibliothèque de ActuaLitté

 

Vous pourrez même jeter un oeil admiratif sur une édition de 1836, soit cinq ans après la publication première du livre, en mars 1831.