Réforme des collectivités territoriales : Manifeste pour le livre et la lecture

Clément Solym - 10.11.2010

Patrimoine et éducation - Ressources pédagogiques - création - production - diffusion


Depuis la loi de 1982, force est de constater que bien que le domaine de la Culture n'ait pas été décentralisé, les entités régionales sont bien plus impliquées dans ce domaine que l'État lui-même.

Or, la Fédération interrégionale du livre et de la lecture (Fill) tient ce constat : « Le livre et la lecture représentent plusieurs dizaines de milliers d'emplois directs et induits et forment la première industrie culturelle française, avec 4 milliards d'euros de chiffre d'affaires annuel. Ils demandent une approche économique, culturelle et citoyenne.
Dès lors, une politique du livre tient de l'action économique comme du soutien à la création, de l'éducation, du civisme
 ».


Bien sûr, ce n'est pas nous qui dirons le contraire.

La Fill va plus loin, et s'inquiète d'une possible réforme des collectivités : « Annoncer qu'on ne touchera pas au maintien de la compétence générale en matière culturelle sans donner les moyens de l'exercer, c'est porter un coup fatal à l'action culturelle sans en assumer la responsabilité. Les politiques du livre se déliteront. »

La Fill a donc mis en ligne un manifeste. L'ensemble des signataires demande au gouvernement :

1. de renforcer la place du livre et de la lecture dans les politiques culturelles ;
2. d'affirmer, dans la loi, le rôle des collectivités territoriales en matière culturelle, et en particulier dans le domaine du livre et de la lecture, à chacun des échelons territoriaux ;
3. d'assurer aux collectivités territoriales les moyens de maintenir des financements publics en matière culturelle, y compris par la mise en œuvre de dotations spécifiques ;
4. de garantir l'engagement de l'État dans les projets culturels des territoires via les subventions gérées par les directions régionales des affaires culturelles (Drac) et de s'engager à maintenir les crédits centraux des ministères qu'il consacre à la culture dans les territoires ;
5. de reconnaître
le rôle très spécifique des structures régionales pour le livre (SRL) dans le dialogue nécessaire entre territoires, professionnels et institutions, en créant un label national des SRL, comme il existe déjà les labels « Scène nationale » ou « Scène de musique actuelle », dont les membres seront réunis dans le réseau national de la Fill.
 
« Pour maintenir la création, la production, la diffusion et la médiation du livre et de la lecture, dans toute leur diversité et sur tous les territoires ». Le manifeste est disponible ici