Réforme du bac : l'UNL dénonce la mise en place d'un système élitiste

Clément Solym - 13.03.2012

Patrimoine et éducation - Scolarité France - Luc Chatel - baccalauréat - Réfomes


Lundi, le syndicat lycéen UNL a critiqué les pistes de réflexion de Luc Chatel pour réformer le baccalauréat à partir de 2014. Luc Chatel souhaiterait un baccalauréat « concentré sur moins d'épreuves, avec moins d'options facultatives, sans doute un recours plus important à des contrôles continus ». Selon lui, « se poser la question des notes éliminatoires » est nécessaire, bien qu'il ait précisé : « je ne décide rien, je donne mon avis ». (notre actualitté).

 

L'UNL a qualifié ces annonces d'« inquiétantes » et estimé que le ministre « veut rendre plus difficile l'accès au diplôme », dans un communiqué. Il dénonce la mise en place d'épreuves éliminatoires voulues par le ministre, qui mènerait « plus loin dans la mise en place d'un système élitiste ».

 

 

 

Pour le syndicat, ces épreuves éliminatoires diminueraient le nombre de bacheliers, ce qui « rendrait alors impossible la poursuite d'études », estimant que le diplôme est le « seul rempart face à la crise ».

 

« En créant des notes éliminatoires, la considération de matières fondamentales revoit le jour. C'est une hiérarchisation des disciplines qu'organisera Luc Chatel, alors que le baccalauréat et l'éducation doivent constituer un tout », poursuit Victor Colombani, le président de l'UNL.

 

À propos des options facultatives diminuées, l'UNL explique : « Vouloir supprimer ces bonus, c'est en finir avec les options, car leur objectif est bien pour l'élève de réussir dans un domaine qu'il souhaite approfondir et non de le pénaliser. Derrière cette mesure, c'est une fois de plus le but de faire des économies que cache le ministre. »

 

Le syndicat demande une réforme du baccalauréat avec une « mise en place d'épreuves partielles en milieu de première et de terminale permettrait ainsi plus d'interdisciplinarité et évaluerait tant les connaissances que les compétences des élèves ».