Réforme du lycée : des arbitrages budgétaires au détriment de la voie professionnelle

Camille Cado - 10.06.2020

Patrimoine et éducation - Scolarité France - lycee professionnel reforme - manuel lycee professionnel - arbitrages budgetaires lycee


La transformation de la voie professionnelle a été annoncée en parallèle à la refonte du baccalauréat et du lycée général et technologique au printemps 2018. Cependant, ces réformes ne feraient pas l’objet d’un traitement équitable, pointe l’association Les Éditeurs d’Éducation.
 

Dans un communiqué publié ce 9 juin 2020, l’association Les Éditeurs d’Éducation — qui regroupe aujourd’hui près d’une trentaine de maisons ou marques d’édition scolaire — a tenu à mettre en lumière les écarts de traitement entre les élèves de la voie professionnelle et ceux de la voie générale et technologique

Alors que toutes font l’objet de rénovations de grande ampleur, la voie professionnelle serait délaissée. D’après le groupe des éditeurs d’éducation du Syndicat national de l’Édition (SNE), les régions auraient en effet privilégié les filières générales et technologiques dans le renouvellement des manuels et dans l’équipement numérique, au détriment de la voie professionnelle.

« En 2019, les régions ont fait le choix du maintien de la gratuité dans le cadre de la réforme parallèle du baccalauréat et du lycée général et technologique. Cette décision a entraîné une charge financière inédite pour les régions étant ainsi contraintes à des arbitrages budgétaires défavorables à la voie professionnelle » explique l’association. 

Et de faire le terrible constat que seuls 30 % de l’équipement nécessaire sont aujourd’hui à la disposition des élèves de la voie professionnelle.
 

Le manuel scolaire : outil indispensable pour la filière professionnelle

Le document dénonce également le choix d’équipements inadaptés. Notamment, les tablettes qui ont parfois été préférées aux ordinateurs, regrette l’association. « Elles sont pourtant inadaptées aux spécificités de certaines filières professionnelles et aux logiciels que les élèves des filières tertiaires doivent utiliser et maîtriser. »

Mais aussi, le manque de manuels, pourtant essentiels pour « accompagner et soutenir les enseignants dans la mise en œuvre de cette réforme. »

Et comme en témoignent les statistiques de consultation des spécimens de la rentrée 2020, les professeurs de lycées professionnels se servent tout autant des manuels scolaires que leurs collègues de la voie générale et technologique

 

 

 

 


« Contrairement à certaines idées reçues, le manuel est tout aussi indispensable pour les élèves de la voie professionnelle que pour ceux de la voie générale et technologique » expliquent les éditeurs. « Le manuel scolaire est conçu par des professionnels, il est conforme aux programmes de l’Éducation nationale et aux pratiques pédagogiques spécifiques des professeurs de cette voie. »
 

Les inégalités scolaires à l’épreuve du confinement...


Et de rappeler que ce « sous-équipement » a des conséquences néfastes pour ces élèves. D’autant que la fermeture des établissements due à la crise sanitaire a accentué les inégalités scolaires.

Selon une enquête menée par SynLab et sur laquelle s’appuie l’association, les enseignants déclarent que 33 % des élèves de voie professionnelle ne leur semblaient pas engagés dans leur scolarité pendant le confinement (contre 21 % pour le secondaire hors-REP).

D’après les autres données révélées, les professeurs de filière professionnelle n’ont eu aucun échange avec 24 % de leurs élèves (contre 16 % pour leurs collègues de la voie générale et technologique hors-REP). Enfin, ils estiment que 43 % de leurs élèves risquent d’être en décrochage scolaire, contre 22 % pour ceux du secondaire hors-REP. 
 

VOIE PROFESSIONNELLE : “La réussite de ces réformes est l’affaire de tous”


Pour diminuer les inégalités subies par les élèves de la voie professionnelle, « il est nécessaire de leur offrir un cadre structuré et structurant auquel le manuel contribue » assure l’association. «Il incarne le lien indispensable entre la classe et la maison ; il est parfois le seul livre auquel a accès ce public défavorisé. »

Et de conclure : « Afin de soutenir l’excellence de la voie professionnelle, il est indispensable d’assurer un équipement complet en outils pédagogiques structurés et conformes aux nouveaux programmes pour la totalité des élèves de la voie professionnelle jusqu’à la première session du nouveau Baccalauréat professionnel en juin 2022. »

Le document est disponible à cette adresse.




Commentaires
Commençons par proposer à tous un format numérique des livres scolaires, aberration sociétale (et écologique diraient certains) mais très lucrative pour le monde de l'édition et certains libraires...
Est-ce que la marge est vraiment plus faible sur un format numérique ?



D'autant que les exemplaires papiers peuvent souvent être réutilisés, revendus, ce que les livres numériques n'autorisent souvent pas.
La marge lucrative est sur le format papier des pavés scolaires, passage obligé de centaines de milliers d'écoliers... À pas loin d'une dizaines de bouquins par écolier, et des quelques millions de collégiens et lycéens, je vous laisse calculer le bénéfice pour l'édition.
Vous n'expliquez pas pourquoi il y aurait moins de bénéfice pour une édition numérique : elle doit aussi être payée à l'éditeur (pour chaque exemplaire) et à ce jour rien ne prouve que la marge y soit plus faible que pour une version papier.

D'autant que, le répète, un manuel papier peut passer d'un élève à l'autre, ce qui n'est nécessairement autorisé pour un manuel numérique.
Je me suis mal exprimé : c'est le système du livre scolaire qui est très lucratif : le fait qu'il soit papier ou numérique ne change rien.

Je trouverai normal qu'en 2020, on propose à tous les élèves a minima un format numérique plutôt que des pavés en papier qui alourdissent inutilement les sacs.

Le reste ne changera pas : l'État finance ainsi directement une certaine partie de l'édition, comme il le fait en achetant des parcs de bagnoles chaque année chez Peugeot ou Renault. C'est tout grin
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.