Renaissance numérique : les archives du journal de Lyon, le Salut Public

Clément Solym - 02.08.2016

Patrimoine et éducation - Patrimoine - Salut Public quotidien - numérisation presse Arald - patrimoine journal Lyon


Le journal lyonnais Le Salut public fut créé en mars 1848 par des commerçants et des ouvriers républicains. Proposée pour 15 centimes à partir d’août 1850, la publication refusait originellement les extrêmes : une modération républicaine, pour un journal conservateur, mais qui prendra le parti de Dreyfus. Ses positions historiques ne manqueront cependant pas. Grâce à l’Arald, la Bibliothèque municipale de Lyon et la DRAC Auvergne – Rhône-Alpes, le journal a été numérisé (1848-1944) pour permettre la redécouverte de ce patrimoine.

 

 

 

Pour la première fois, ce fonds patrimonial est rendu public au format numérique dans sa totalité : près de 130.000 pages sont donc à consulter par tous les internautes, curieux du patrimoine, chercheurs, scientifiques avertis, etc. sur le portail Mémoire et actualité en Rhône-Alpes.

 

Les journaux constituent une source précieuse de documentation rétrospective susceptible de disparaître en raison de l’extrême fragilité de leur support. C’est pourquoi, entre 1996 et 2012, l’Arald a piloté, aux côtés de la DRAC Rhône-Alpes et des bibliothèques et centres d’archives de la région, une vaste campagne de sauvegarde et de valorisation de la presse ancienne.

 

Au total ce sont plus d’une cinquantaine de titres de journaux régionaux qui ont pu être numérisés et qui sont aujourd’hui progressivement mis en ligne sur le portail Mémoire et actualité en Rhône-Alpes (déjà 400 000 pages consultables pour la presse ancienne depuis 2012).

 

Titre majeur de la presse ancienne locale régionale, Le Salut Public, journal de Lyon, politique, commercial et littéraire a été numérisé par l’Arald entre 2000 et 2008 dans le cadre de la Campagne régionale de sauvegarde de la presse ancienne, grâce au soutien de la DRAC Rhône-Alpes, de la ville de Lyon et du Conseil général du Rhône. Il a ensuite été retraité par la Bibliothèque municipale de Lyon en 2015 pour être disponible sous de nouveaux formats numériques, plus adaptés aux usages actuels. 

 

Quotidien publié dans le Rhône pendant près d’un siècle (1848 — 1944), témoin de trois guerres, il est conservé, parfois partiellement, dans plusieurs bibliothèques de France (BnF, Grenoble, Tours, etc.).

 

« En 1940, Le Salut Public voit en Pétain “le sauveur de la patrie”, dans le Général de Gaulle un homme qui a “renié la France”, dans les gaullistes, des traîtres. Il continuera à paraître sous l’Occupation, condamnant les maquisards terroristes. Il disparaît à la Libération, avec d’autres journaux lyonnais jugés collaborationnistes », rappelle-t-on.

 

Les archives numérisées sont à retrouver à cette adresse.