Retrouvez l'origine de votre plat préféré avec The Sifter, le Wikipédia de la cuisine

Gariépy Raphaël - 18.08.2020

Patrimoine et éducation - Patrimoine - recette cuisine - ressource en ligne - The Sifter Barbara Ketcham Wheaton


Une base de données de 5000 livres de recettes est désormais accessible gratuitement en ligne. Intitulée The Sifter, la plateforme couvre des centaines d’années d’histoire culinaire et aura demandé 50 ans de travail à Barbara Ketcham Wheaton, sa créatrice. 
 


 

En juillet 2020, Barbara Ketcham Wheaton, épaulée par une équipe d’universitaires, lançait The Sifter. Véritable Wikipédia de la tambouille, ce catalogue en ligne compile plus de mille ans de livres de cuisine occidentale. On retrouve pêle-mêle le très latin De Re Culinaria, publié en 800 et le plus américain traité sur les bonbons britanniques The Romance of Candy, publié en 1938. 

Certes utile pour le gastronome enthousiaste, le projet ne se contente pas d’être un simple livre de recettes géant, le site ne contient d’ailleurs que très peu d’ouvrages complets. Il s’agit plutôt d’une base de données multilingue, qui contient actuellement 130 000 articles, détaillant les ingrédients, et techniques, utilisés par les auteurs de l’époque.

Correctement manié, l’outil permet d’offrir une vue d’ensemble des tendances des cuisines européenne et américaine sur le long terme. Une somme incroyable de détails est prise en compte : du changement des routes commerciales aux habitudes alimentaires en passant par les effets de mode culinaire. 


À la recherche du cheese-cake perdu 


Il suffit par exemple de rechercher le mot « cupcakes », pour apprendre que le terme est apparu pour la première fois au sein d’une œuvre signée, Mme Putnam. Intitulé Mrs. Putnam’s receipt book ; and young housekeeper's assistant,  il s’agit d’un guide pour les femmes au foyer ou les gouvernantes de la classe moyenne dans les années 1850. 

Le site permet ainsi de découvrir l’origine et les évolutions successives de vos plats préférés. À quelle classe sociale le plat était-il destiné au moment de sa création ? Quels ingrédients étaient utilisés pour le réaliser il y a un siècle ? Vous pouvez également compter sur l’apparition d’une machine à voyager dans le temps, et retrouver l’année de l’apparition d’une de vos phobies alimentaires, pour une future élimination. 
Wheaton espère que le site permettra aux chercheurs et aux internautes curieux de mieux se représenter la société à travers différentes époques. Les relations qu’entretiennent les hommes et les femmes avec la cuisine sont multiples, et un simple livre de recettes permet de mieux mesurer le capital économique d’un foyer.


Les arrière-cuisines de l’histoire 


Historienne de formation, Wheaton a fini par abandonner son doctorat en histoire de l’art et s’est retrouvée mère au foyer à 30 ans. Passionnée par les livres de cuisine, elle a à l’époque la chance d’avoir pour voisine la célèbre animatrice d’émission culinaire Julia Child, qui possédait une bibliothèque particulièrement fournie. 

Au fil de ses lectures, la future spécialiste a commencé à utiliser la méthodologie de chercheuse qu’on lui avait enseignée, passant de longues après-midi à étudier ces livres qu’aucun universitaire d’alors ne considérait comme dignes d’intérêt. 
À cette époque, la cuisine n’était pas considérée comme un domaine de recherche sérieux, et Wheaton, qui faisait office de pionnière, a dû effectuer un véritable parcours du combattant. « Je ne pouvais pas avoir de doctorat, car il n’y avait pas de doctorat pour cela jusqu’à ce que je l’invente. » Les historiens traditionnels — majoritairement masculins — considéraient l’histoire de l’alimentation et le travail domestique comme sans importance, voire vulgaire. De l’autre côté du spectre politique, certaines historiennes féministes ont accusé la chercheuse en devenir de célébrer l’oppression patriarcale en participant au mythe selon lequel la place des femmes serait dans la cuisine. 

Malgré cela, Wheaton a poursuivi son projet et a commencé à enregistrer ses notes numériquement à la Boston Computer Society. Il aura fallu près de 30 ans pour que la base de données soit finalement lancée.

Aujourd’hui le site est enfin là, mais il n’est pas réellement terminé. The Sifter est pensé pour être une plateforme participative, qui compte sur sa communauté pour continuer à se développer. Pour apporter votre pierre à l’édifice il vous suffit de créer un compte, pour ensuite traduire, ou apporter des éléments de détails aux notices déjà en place. Avec un peu de chance vous pourrez rencontrer Wheaton elle même, qui, aujourd’hui âgée de 89 ans, célèbre le lancement de l’œuvre de sa vie à travers des discussions virtuelles avec ses enfants et ses collaborateurs.

Via Atlas Obscura 


Crédit photo : The Art of Cookery Made Plain And Easy - 1777 - Domaine public 


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.