Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Retrouvez les affiches et slogans révolutionnaires de Mai 68

Nicolas Gary - 22.04.2017

Patrimoine et éducation - Patrimoine - révolution mai 68 - affiches slogans Gaulle - révolution France politique


Depuis des semaines et des semaines, les discours politiques sur l’avenir du pays ont envahi tous les médias : une présidentielle approche. Alors que les bureaux de vote seront au cœur de tous les commentaires demain, il est bon d’exhumer les messages militants du passé. On ne célébrera le cinquantenaire de Mai 68 que l’an prochain… en attendant…

 

 

 

1968 : cinq ans après l'assassinat de Kennedy, celui de Martin Luther King, deux figures de la paix. La guerre au Vietnam s’intensifiait sous la houlette du paranoïaque Richard Nixon… et en France, les étudiants montaient des barricades. 

 

Quoi que l’histoire continue de nous apprendre de Mai 68 et des vagues de protestations contre le pouvoir politique — le général de Gaulle, dont on a tant entendu parler durant la campagne de certains candidats – reste que la créativité était présente. 

 

Dans les rues de la capitale, les pavés apprenaient à voler (voir la vidéo en fin d’article) et les ouvriers comme les étudiants revendiquaient un monde liberté. C’était une sorte de libération, dont le slogan majeur restera « Soyez réalistes : demandez l’impossible ! » Et à côté, de nombreux autres messages issus de socialistes, trotskystes, maoïstes, anarchistes, surréalistes et marxistes… 

 

On trouvait des anticommunistes autant que des anticapitalistes. Et même des opposants à l’industrialisation, aux institutions ou encore de farouches détracteurs de toute forme de rationalité. Difficile d’idéaliser une époque d’incertitude et de flou, mais l’héritage graphique qui nous est parvenu mérite, une veille d’élection, d’être revisité. 

 

<

>


 

L’Atelier populaire devait bouillonner d’une grosse dose de créativité — et certainement d’autres produits, plus stupéfiants — occupait l’École des Beaux Arts. Et la production d’affiches sérigraphiées n’a pas manqué : audace, impertinence, iconoclasme… le pied !

La provocation de choc était dans tous les cas une réponse aux angoisses de voir le capitalisme contemporain absorber toute la société. 

 

On pourra retouver bien d’autres affiches sur Gallica, et découvrir les traits d’humour multiples, parfois grinçants.