Rififi dans l'épreuve de mathématiques au bac, Chatel réagit

Clément Solym - 23.06.2011

Patrimoine et éducation - Programmes officiels - mathamétiques - bac - chatel


L'épisode du bac Set de la fuite concernant une partie de l'épreuve de mathématiques a contraint Luc Chatel, le ministre, à prendre des mesures sévères, mais justes, comme on dit dans le milieu...

Le premier exercice de cette épreuve aura donc fuité, imposant au ministre de demander à l'inspection générale de « réfléchir à l'organisation du bac et à la sécurisation plus forte des épreuves », rapporte l'AFP. Retrouver sur un site internet une partie de l'épreuve n'était pas supportable.


Alors en deux temps, il faudra revoir d'abord la notation, mais également le déroulement plus simplement. Sur le second point, une solution pourrait être de mettre en place un système de contrôle continu. Après tout, Jean-Jacques Hazan, président de la FCPE explique que l'on retrouve ce système « au brevet, au CAP, au BEP, au bac pro, en licence, en master et au doctorat, pourquoi pas au bac » ?

L'idée pourrait faire son chemin, mais probablement pour le seul bac pro, estime Claire Krepper, secrétaire nationale du syndicat SE-Unsa, attendu qu'il « ne symbolise pas pour les Français les mêmes enjeux sociétaux que le bac général, républicain, qui doit être le même pour tous, sur tout le territoire ».

Dans tous les cas, la notation sera donc reprise pour l'édition 2011, avec le barème suivant :
  • l'exercice 2 sera désormais noté sur 6 points au lieu de 4
  • l'exercice 3 sera noté sur 9 points au lieu de 7
  • l'exercice 4 sera noté sur 5 points.
« Cet exercice est en effet différent selon que le candidat a choisi ou non la spécialité +mathématiques+ et le nombre de points est fixé réglementairement à 5 ».

Dans un communiqué, le ministère explique ses choix : « Pour chacun de ces exercices, il a été demandé de répartir les points redistribués sur les réponses les mieux réussies par les candidats, sur la base de l'échantillon des copies-tests déjà examinées, comme chaque année, dans les commissions d'entente. »

Et Luc Chatel, intervenu sur Europe 1 a refusé catégoriquement la demande d'accorder les quatre points de l'exercice à tout le monde, prétextant qu'il ne saurait être envisagé « de brader le bac ».

Du côté de l'oral, il sera demandé de « porter une attention particulière, lors des délibérations, aux candidats dont la moyenne générale est à un point d'un des seuils décisifs ». Attention, certes, mais pas question de repêcher les élèves qui n'auraient pas la moyenne entre 9 et 10 qui seule permet d'espérer une seconde chance...