Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Rushdie s'excuse auprès de John Le Carré

Clément Solym - 14.11.2012

Patrimoine et éducation - A l'international - Salman Rushdie - John Le Carré - Les versets sataniques


L'affaire remonte à 1997 quand les deux auteurs s'étaient affrontés par lettres interposées publiées dans le Guardian de l'époque. Tout récemment, les deux hommes viennent d'exprimer leurs regrets concernant cette dispute et ont fait savoir leur respect mutuel. Autrement dit, et toujours selon le quotidien britannique, la fin « de l'une des querelles les plus injurieuses de l'histoire littéraire récente. »

 

 

Salman Rushdie

 Salman Rushdie, futureshape, CC BY 2.0

 

 

En effet, le mois dernier, lors du festival de littérature de Cheltenham, le natif de Bombay a expliqué qu'il avait une véritable admiration pour Le Carré avant d'ajouter : « je crois que la Taupe est l'un des grands livres de l'Angleterre d'après-guerre. »

 

Un virage à 180 degrés puisque comme nous le rappelle le Guardian, l'auteur des versets sataniques n'avait pas hésité à traiter son collègue de « pompous ass », comprendre : un idiot plein de suffisance.

 

 Le Carré, quant à lui, avait critiqué l'arrogance de Rushdie et la mise en place d'une « auto-canonisation » de sa part. De plus, il avait fait partie des rares intellectuels à s'élever contre le consensus provoqué par l'affaire des versets sataniques, estimant qu'on ne pouvait critiquer les grandes religions impunément.

 

L'ancien agent du MI6, aujourd'hui âgé de 81 ans, a choisi de faire la paix avec Rushdie via le Times, faisant part de ses regrets. « J'admire Salman pour son travail et son courage, et je respecte sa position », a-t-il expliqué. Mais il ne revient pas entièrement sur son attitude au moment de leur controverse, il demeure content de n'avoir pas suivi le troupeau des intellectuels qui s'étaient prononcés d'une seule voix en faveur de Rushdie.

 

On attend maintenant la poignée de main entre les deux hommes. Ils y sont favorables, reste à trouver la bonne occasion.