Serait-ce ou ne serait-ce pas la signature de Shakespeare ?

Clément Solym - 06.04.2012

Patrimoine et éducation - A l'international - Projet Lazarus - Signature - Shakespeare


Les membres du projet Lazarus auraient peut-être identifié la signature de William Shakespeare sur un document daté du XVIe siècle, en se servant d'un système d'imagerie numérique multispectrale de 50 mégapixels.

 

Le texte, Archaionomia, daté du règne d'Elizabeth Ire d'Angleterre, fait partie de la collection de la bibliothèque Folger Shakespeare de Washington D.C.  En 1942, des experts avaient déjà identifié la signature y figurant, « Wm Shakespeare » comme étant celle du dramaturge, alors que d'autres pensaient que c'était une contrefaçon, mais les récents progrès de la technologie pourraient bien éclairer l'Histoire.

  

 

 

Les chercheurs ont pris des photos en haute résolution du texte, en utilisant douze ondes lumineuses différentes, de l'ultraviolet à l'infrarouge. Puis, ils ont combiné les images pour obtenir, par le biais d'un logiciel, la plus grande clarté possible du texte.

 

Les chercheurs peuvent ainsi reconstituer des textes qui ont été effacés, rayés, roussis ou même abîmés par l'humidité. C'est grâce à cette technologie que le projet Lazarus a pu identifier cinq poèmes de William Faulkner l'année dernière.

 

Si l'empreinte spectrale obtenue de la signature correspond à celles déjà identifiées comme appartenant à Shakespeare, cela pourrait constituer une preuve définitive de son authenticité, qui donnerait au document une valeur colossale. La reconstitution a été effectuée et le processus d'authentification est en cours. Il faudra attendre encore un peu pour mettre fin au mystère, et promis, on vous tiendra au courant. 

 

Crédit photo : Folger Library