Simone de Beauvoir partirait favorite pour reposer au Panthéon

Julien Helmlinger - 16.10.2013

Patrimoine et éducation - Patrimoine - Panthéon - Parité - Beauvoir


Avant la fin de l'année, le président François Hollande devrait se prononcer sur le nom de la personnalité qu'il souhaite faire entrer au Panthéon. Dans cette optique, le président du Centre des monuments nationaux, Philippe Bélaval, lui a remis jeudi dernier son rapport qui préconise un geste en faveur de la parité des sexes, et qui consisterait à « ne panthéoniser que des femmes pendant son mandat car le déséquilibre homme/femme est très fort ». Simone de Beauvoir caracolerait en tête des personnalités pressenties pour reposer dans le sanctuaire républicain.

 

 

 Crédits : ActuaLitté

 

 

On oublie la crise économique et les statistiques du chômage national pour célébrer la liturgie républicaine, toujours avec la parité en ligne de mire. Sur quelque 71 figures marquantes au total, le Panthéon n'accueille pour le moment que deux femmes, Marie Curie et Sophie Berthelot, reposant au côté de leurs époux respectifs. D'où la volonté du Centre des monuments nationaux, qui insiste également afin que soit sélectionnée une personnalité du siècle dernier pour que  « le souvenir soit encore proche et que le grand public comprenne les enjeux ». 

 

Dans son rapport Philippe Bélaval se garde de proposer des noms de figures « panthéonisables », et se focalise sur l'établissement d'un profil type. Mais le public, consulté de manière informelle par le biais d'internet, a parfois ses idées bien arrêtées. Une poignée de noms se sont imposés, parmi lesquels ceux des écrivaines Simone de Beauvoir et Colette, ainsi que d'autres qui n'auraient pas la faveur du Centre, comme ceux d'Olympe de Gouges ou de George Sand.

 

La consultation publique lancée en ligne le 2 septembre aura mobilisé 30.000 personnes et suggéré quelque 2000 personnalités. Outre les figures citées ci-dessus, parmi les femmes on retrouve également l'ethnologue et ancienne résistante Germaine Tillion, soeur Emmanuelle... ou plus étonnant : Simone Veil, intégrée dans un sondage unilatéral lancé par LeFigaro.fr, et que les participants enterreraient au Panthéon avant même son décès.

 

Les hommes ont été moins nombreux à être plébiscités, mais on retrouve toutefois en bonnes places Denis Diderot, l'abbé Pierre, le général de Gaulle, le généticien Jérôme Lejeune ou encore l'ancien officier Hélie de Saint-Marc, décédé dernièrement. Ou encore Pierre Brossolette, tandis qu'un colloque à l'Assemblée nationale lui sera consacré le 17 octobre.

 

Le Canard Enchaîné de ce matin explique d'ailleurs que les moyens mobilisés pour la candidature de ce dernier n'ont pas été pris à la légère : son fils Claude et sa fille Sylvie, membre du CSA « ont eu recours aux services d'Ella Factory, un cabinet de conseil codirigé par Marie-France Lavarini, une ex de chez Jospin, qui a mobilisé à tout-va ses réseaux ».

 

Martin Malvy, président de la Région Midi-Pyrénées, explique également au quotidien qu'il a reçu une lettre signée du président Hollande : « [P]ar son engagement en faveur des droits de la femme, et contre l'esclavage, Olympe de Gouges incarne en effet l'esprit des Lumières et les valeurs humanistes que nous partageons. »

 

Malgré l'apparente contrainte de profil, et les suggestions du public, le chef de l'Etat reste néanmoins souverain de sa propre décision. Selon l'Elysée, le choix définitif ne devrait plus être qu'une affaire de semaines, mais, selon les informés, le chef de l'État soutiendrait à peu près toutes les candidatures...