Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Sorti de la Bastille, le marquis de Sade règle ses comptes en famille

Nicolas Gary - 31.10.2013

Patrimoine et éducation - Patrimoine - Marquis de Sade - règlement de comptes - Bastille


La vente aux enchères du 6 novembre chez Christie donnera l'occasion de découvrir quelques petits bijoux, et l'on a déjà évoqué la première lettre manuscrite de Voltaire à ce titre. Revenons une seconde sur un autre écrit, celui du sulfureux Marquis de Sade, dont un cahier de 11 pages sera mis en vente, estimé entre 30 et 50.000 €.

 

 

 

 

Tableau comparatif de ma sortie de la Bastille 1790, est un cahier de six feuillets avec 11 pages autographes, sur papier bleuté daté et signé du 1er octobre 1806. On y retrouve également, pour l'accompagner, une lettre adressée à Mme de Sade. Le document adressé à sa femme et ses enfants suite à un entretien avec Marie-Constance Quesnet, sa maîtresse depuis 1790, et qui s'occupa de ses affaires depuis sa sortie de la Bastille en 1790, le marquis accuse ouvertement sa femme de détournement d'argent.

 

« Une convention amicale et confidentielle qui a eu lieu entre nous ce vendredi dernier chez Mme Quesnet [...] a donné lieu au petit mémoire. [suivent 4 lignes biffées]. Je souhaite qu'il vous fasse l'impression que doit toujours produire la vérité sur une âme honnête, et vous embrasse, Sade », écrit le Marquis. 

 

« Le dit tableau dressé à l'effet de prouver qu'elle n'a pas été dégradée pendant les seize ans que Mme Quesnet a été avec moi depuis ma dite sortie de la bastille, jusqu'à la présente époque, et que par conséquent, Mme de Sade a tort quand elle dit, je trouve moins de biens à présent que je n'en trouvais alors », poursuit Sade avant d'entrer dans un calcul de rentes et de ses biens. 

 

Et de conclure, déplorant l'attitude de sa famille : « Ils seraient je crois tous bien fachés que le public fut instruit [...] il le faudra pourtant un jour [...] mais non [...] le vice affreux qui nous y contraindrait ne peut exister ni dans l'âme de celle qui donna la vie à mes enfants ni dans l'âme de ceux qui l'ont reçu d'elle. Sade. »