Supprimer le 'nègre' des programmes scolaires, pour Obama

Clément Solym - 24.01.2009

Patrimoine et éducation - A l'international - supprimer - nègres - programmes


Attention, scandale : un professeur d'anglais bien-pensant, ou un peu naïf, à vous de voir, a réclamé que les livres et romans étudiés en cours soient triés selon un critère drastique : tous ceux qui contiendraient le terme "nègre" (au singulier ou au pluriel) seraient supprimés des listes d'étude. Plutôt singulier comme idée, or John Foley a un plan. Et c'est là qu'on redoute le pire.

À raison. « La victoire d'Obama démontre que les Américains sont prêts pour le changement. Suivons donc cet exemple et supprimons le mot qui commence par N des programmes d'étude. » Vous étiez avertis. Parce que le président Obama est métis, on va censurer les livres de Steinbeck, de Mark Twain (eh, oui : Huckleberry, à la trappe...) qui parlent des "nègres", par respect pour le nouveau président.

Et s'il était juif ? Chinois ? Parisien ? Fini les Parigots dans les livres ? Un signe manifeste du changement que de proposer de telles inepties.

Mais que l'on se rassure, cette demande a suscité des réactions indignées autant que furieuses. Car supprimer ces ouvrages serait également minimiser la tragédie de l'esclavage, estiment certains. Si Huckleberry est un peu raciste, c'est qu'il reflète une mentalité, et présente un témoignage historique. Or Twain fait évoluer son personnage vers une meilleure compréhension des enjeux sociaux et fera même aider Jim à s'enfuir. Une révolution au XIXe siècle.

Mais l'ami John a dû sécher ses cours d'anglais, justement. Et il ajoute que tous les élèves noirs à qui il a fait découvrir dans le cadre scolaire l'histoire de Jim et de Huck semblaient très mal à l'aise. Ce qui justifie plus encore sa demande.

Sa demande porte sur trois ouvrages précis d'ailleurs, Des souris et des hommes Huckleberry et Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur de Harper Lee (dernier titre en date d'un livre qui aura en connu trois au fil de ses traductions...).