Sur les traces de l'Odyssée d'Ulysse avec une carte interactive

Nicolas Gary - 17.12.2013

Patrimoine et éducation - Patrimoine - Ulysse - Odyssée - Homère


« Chante, déesse, la colère d'Achille, le fils de Pélée, détestable colère, qui aux Achéens valut des souffrances sans nombre et jeta en pâture à Hadès tant d'âmes fières de héros, tandis que de ces héros mêmes elle faisait la proie des chiens et de tous les oiseaux du ciel -pour l'achèvement du dessein de Zeus-. Pars du jour où une querelle tout d'abord divisa le fils d'Atrée, protecteur de son peuple et le divin Achille. »

 

 

Cliquer sur la carte pour arriver à la version interactive

 

 

Ah, qu'elles sont belles, ces paroles que l'on attribue, après traduction, à Homère, et qu'il n'a probablement jamais écrites - Homère étant, comme on le sait, le personnage à qui furent attribuées l'Iliade et l'Odyssée. Deux textes écrits à probablement quelques centaines d'années de distance l'un de l'autre. 

 

Auteur ou non, qu'importe, reste que la légende et les héros sont immortels, et qu'Ulysse compte parmi les plus roublards de tous les personnages du mythe. Quasiment absent de l'Iliade, c'est à lui que l'on consacre tout le poème qui porte son nom, l'Odyssée. À lui, ou plutôt à son voyage de retour. 

 

Gisèle Mounzer s'est ainsi fendue d'une carte interactive qui permet de suivre depuis les flots du rivage troyen, jusqu'à l'arrivée à Ithaque, tout le périple avec les cyclopes, la magicienne Circée, les tempêtes, Charybde et Scylla, les deux chiennes, et ainsi de suite. 

 

C'est aussi là que l'on se rend compte qu'arriver en Espagne, partant de Troie, dans l'actuelle Turquie, pour parvenir en Grèce... indique qu'il n'était certainement pas pressé de revenir, le père Ulysse...

 

Alors oui...  

Muse, chante ce héros, illustre par sa prudence, qui longtemps erra sur la terre après avoir détruit la ville sacrée de Troie, qui parcourut de populeuses cités, s'instruisit de leurs mœurs, et fut, sur les mers, en proie aux plus vives souffrances pour sauver ses jours et ramener ses compagnons dans leur patrie. Mais, malgré tous ses efforts, il ne put les y conduire, et ils périrent victimes de leur imprudence : les insensés osèrent se nourrir des troupeaux consacrés au céleste soleil, et ce dieu leur enleva la journée du retour ! Déesse, fille de Jupiter, raconte-nous quelques-unes de ces aventures.