Symptômes de la précarité étudiante

Clément Solym - 26.12.2011

Patrimoine et éducation - Scolarité France - Etudiants - Associations - Pauvreté


Les étudiants sollicitent de plus en plus les associations pour se nourrir ou se loger en urgence. Une situation qui ne date pas d'hier, mais semble plus évidente que jamais. Ou alors en parle-t-on réellement pour la première fois ?

 

Pour répondre à la demande, le Secours Populaire propose désormais des antennes destinées spécialement aux étudiants. Simone Bernaert travaille bénévolement au sein du centre installé dans les locaux de la Smerep dans le VIe arrondissement de Paris. Contactée par l'agence Reuters, elle estime que « cette précarité étudiante, elle est vraiment cachée, on est loin de la connaître », car tous les étudiants en difficulté ne franchissent pas forcément le pas.

 

« Avant, les étudiants arrivaient à se débrouiller avec leur famille, entre amis, ils ne venaient jamais chez nous » explique le secrétaire général du Secours Catholique Bernard Thibaud à Reuters. Sur les 160.000 jeunes reçus par l'association, 20% sont des étudiants. Restos du cœur, Secours Catholique,... toutes ces associations prennent la température et constatent une fréquentation de plus en plus inquiétante d'étudiants en galère. 

 

 

 

 

Comment cela se traduit ? Par exemple, un phénomène de démutualisation et des placements en centre d'hébergement de plus en plus fréquents. Le nœud du problème ? Le logement. Peu de places, en résidence universitaire, budget loyer colossal, bourses insuffisantes, font que ces associations demandent la mise en place d'une allocation destinée aux étudiants ou l'extension du RSA à cette catégorie.

  

Des épiceries sociales étudiantes

  

Épiceries solidaires, épiceries sociales étudiantes, les initiatives spécialisées se sont multipliées ces deux dernières années. À Pau, l'épicerie doit ouvrir un deuxième jour en semaine pour répondre à la demande. Ils seraient près de 60 bénéficiaires réguliers, deux fois plus qu'en décembre 2010. Pour un euro, les étudiants peuvent y faire leurs courses.

 

Et à ce titre, notons l'existence des libraires solidaires Oxfam, proposant une multitude de livres à des prix très bas, ainsi que CD ou DVD. De quoi alimenter sa bibliothèque sans se ruiner.