Synthèse des arts et pédagogie : les archives en ligne du Bauhaus

Antoine Oury - 01.08.2016

Patrimoine et éducation - Patrimoine - Bauhaus école - Bauhaus archives - Bauhaus revue journal


En un peu plus d'une dizaine d'années d'existence, le Bauhaus, cet établissement qui était à l'origine l'Institut des arts décoratifs et industriels de la ville de Weimar, aura eu une influence incontournable sur l'art moderne. Lorsqu'il crée le Staatliches Bauhaus zu Weimar, en 1919, l'architecte Walter Gropius souhaite promouvoir ses idées sur l'architecture, mais aussi faciliter le rapprochement des arts par leur enseignement. Tout un programme...

 

Bauhaus

Bâtiment du Bauhaus, à Dessau (Alexander Kluge, CC BY-NC 2.0)

 

 

En quelques années, d'abord à Weimar, puis à Dessau, le Bauhaus véhiculera la conviction que les arts peuvent mutuellement se servir, et qu'ensemble, ils peuvent élever l'homme, tout en lui facilitant la vie... Le manifeste du Bauhaus, publié par Gropius en avril 1919 à l'ouverture de l'école, le souligne à plusieurs reprises : « Architectes, sculpteurs, peintres ; nous devons tous revenir au travail artisanal, parce qu’il n'y a pas d'art professionnel. Il n’existe aucune différence essentielle entre l’artiste et l’artisan. […] Voulons, concevons et créons ensemble la nouvelle construction de l’avenir, qui embrassera tout en une seule forme : architecture, art plastique et peinture. »

 

Manifest und Programm des Staatlichen Bauhauses, Walter Gropius, April 1919.

Bauhaus-Archiv Berlin

 

 

Pour enseigner les arts, rien ne vaut les artistes : les peintres Lyonel Feininger, Johannes Itten, Georg Muche et le sculpteur Gerhard Marcks sont embauchés, rapidement rejoints par Paul Klee, Oskar Schlemmer (qui créera le fameux logo du Bauhaus en 1922) ou encore Vassily Kandinsky.

 

En 1924, l'extrême droite allemande prend la tête du Land de Thuringe, où se trouve Weimar. C'est un mal pour un bien pour le Bauhaus, qui doit déménager. Le choix de la ville industrielle de Dessau, emportée par la modernité, est révélateur : Gropius va pouvoir donner une autre ampleur à son école avec la construction d'un bâtiment pensé pour l'enseignement, la pédagogie et la diffusion du savoir.

 

La Bauhaus de Weimar sera une référence en matière d'architecture, mais aussi de design et de répartition de l'espace : la collaboration entre les arts donne lieu à un bâtiment unique. Si la diffusion des idées se fait dans les couloirs et les escaliers, pensés pour faciliter les rencontres, elle s'effectue aussi par l'intermédiaire d'une revue, avec un Journal.

 

Cette publication de quelques pages, tantôt mensuelle, tantôt bimensuelle, présente des informations sur l'école, utiles à ceux qui y étudient, propose des portraits des professeurs, les programmes des cours ou des nombreuses soirées organisées au Bauhaus. Plusieurs numéros sont disponibles dans l'International Advertising and Design Database, ou Monoskop.

 

Mais ce n'est pas tout : pour développer leurs idées et théories, les professeurs-artistes avaient besoin de place : qu'à cela ne tienne, le Bauhaus publiera aussi des livres, les biens nommés Bauhausbücher. Gropius, Paul Klee, Kandinsky, Malevitch... Tous ont participé à la constitution de cette bibliothèque théorique, qui propose aussi des titres écrits à plusieurs comme celui consacré au Théâtre du Bauhaus (Die Bühne im Bauhaus), signé par Gropius et le peintre et photographe László Moholy-Nagy.

 

 

Les versions numérisées des Bauhausbücher sont disponibles à la Bibliothèque Kandinsky du Centre Georges Pompidou.

 

L'aventure du Bauhaus s'arrêtera en 1932 avec l'arrivée au pouvoir des nazis : un Bauhaus berlinois sera créé, mais rapidement étouffé par leur volonté de contrôle. Ne reste plus qu'à se replonger dans l'ouvrage commémoratif Staatliches Bauhaus Weimar, 1919-1923, publié en 1923, dont le rôle était de porter le plus loin possible les idées du Bauhaus et de son équipe pédagogique.

 

 

 

Une version numérisée de l'ouvrage est disponible à la Bibliothèque Kandinsky.