Terry Pratchett : sa lutte pour la légalisation de la mort assistée continue

Clément Solym - 02.01.2012

Patrimoine et éducation - A l'international - Tery Pratcher - Euthanasie - Mort assistée


Présidée par Lord Falconer, la commission indépendante chargée d'étudier la question de la mort assistée Grande-Bretagne va bientôt publier ses recommandations et demander la modification de la loi actuelle. Elle souhaite d'avantage de possibilités pour les personnes atteintes de maladies incurables de mettre fin à leurs jours.

 

Le rapport sera une vraie satisfaction pour Terry Pratchett. Engagé depuis plusieurs années, l'auteur de la série romanesque le Disque-Monde est personnellement concerné par ce sujet. Il lutte depuis 2007 contre une forme rare de la maladie d'Alzheimer et n'a jamais caché son souhait de voir changer le cadre actuel de la législation, qui voit l'assistanat dans la mort comme un crime passible de 14 ans de prison. Mais il va plus loin encore : Pratchett a fait une donation d'un million de dollars à l'Alzheimer Research Trust.

 

 

Il avait auparavant formulé des propositions comme la mise en place de tribunaux spéciaux qui auraient le pouvoir d'autoriser les proches de malades incurables de les aider à mettre fin à leurs jours. De plus, c'est lui-même qui a instauré et financé la commission, ce qui avait déclenché de vives critiques. Pour la députée conservateur Nadine Dorries, la commission est « discrédité par son manque d'impartialité ».

 

Cette commission recommande que la mort assistée soit légalisée pour une catégorie limitée de personnes atteintes de maladies mortelles. Mais de la recommandation à l'exécution, il y a un pas que la Grande-Bretagne ne semble pas prête à franchir. Le Premier ministre David Cameron et le gouvernement ont clairement fait savoir qu'ils s'opposaient à toute modification de la loi actuelle.

 

Ce qui a donc incité près de 160 Britanniques à traverser la Manche pour se rendre en Suisse, où l'euthanasie est légale et où aucun des proches ne peut être inquiété de poursuites judiciaires.

 

La maladie de Terry Pratchett prend de l'ampleur et il ne peut désormais lire et écrire que pendant de très courtes périodes. Il a annoncé qu'il avait engagé une procédure dans une clinique en Suisse, parce qu'il n'est pas certain qu'il voit, de son vivant, le résultat de ses années de combat…