Texas : des conservateurs arment leurs arguments contre un manuel

Antoine Oury - 23.09.2013

Patrimoine et éducation - A l'international - Texas - conservateurs - droit de porter une arme


Le droit de porter une arme à feu reste une revendication première dans certains États outre-Atlantique, et le Texas n'est sûrement pas l'un des derniers en la matière. Les conservateurs du territoire du Sud des États-Unis l'ont rappelé encore une fois, en attaquant l'administration pour un manuel utilisé dans les classes, qui serait selon eux trop vague quant au droit de porter une arme, en vigueur dans l'État.

 


Tea Party Pro Gun Rally

Un rassemblement pro-arme du Tea Party dans le Minnesota, en février 2013 (Fibonacci Blue, CC BY 2.0)

 

 

Les mots eux aussi sont une arme, et les conservateurs craignent que cette dernière se tourne contre eux : un manuel scolaire sur l'Histoire des États-Unis, U.S. History: Preparing for Advanced Placement Exams, récemment introduit dans le programme texan, expose une vision de la Bill of Rights qui n'est pas pour leur plaire.

 

En effet, le Second Amendement de la Constitution, dans le texte, précise : « Une milice bien organisée étant nécessaire à la sécurité d'un État libre, le droit qu'a le peuple de détenir et porter des armes ne sera pas transgressé. » Une injonction qui date de 1791, et qui prend des accents bien ironiques au vu des récentes et fréquentes tueries de masse aux États-Unis.

 

L'amendement est résumé ainsi dans le manuel scolaire :

Les individus ont le droit de détenir et de porter une arme au sein d'une milice d'état.

Pour les conservateurs, c'est un droit fondamental qui est bafoué, avec une telle formule : le droit du port d'arme serait réservé aux individus au sein d'une milice civile, et non accordé à tout individu sur le territoire.

 

La Guyer High School, qui a fourni à ses élèves U.S. History: Preparing for Advanced Placement Exams, a reçu un nombre inattendu d'appels téléphoniques de protestation. « Je ne veux pas m'avancer jusqu'aux conclusions et dire "Oh, ils essaient d'endoctriner nos enfants", mais quand j'y pense, cela demanderait un peu plus de contrôle », explique Sean Getts, un père d'élève texan.

 

Le lycée visé par la vague de protestations a rapidement précisé les faits : le manuel incriminé n'est utilisé qu'en complément d'un autre, qui fait, lui, apparaître l'intégralité du Second Amendement. Le savoir est une arme, la seule sous contrôle au Texas, visiblement...