The Digital Transgender Archive, un répertoire du patrimoine transgenre

Antoine Oury - 05.08.2016

Patrimoine et éducation - Patrimoine - The Digital Transgender Archive - culture trans - transsexuel documents archives


Une vingtaine d'universités, d'organisations à but non lucratif et de collectionneurs privés se sont associés pour réunir, numériser et créer la plus grande collection de documents, livres, photographies et journaux consacrés à la culture transgenre, The Digital Transgender Archive. Cette bibliothèque en ligne recueille tous types de documents du monde entier, en se concentrant particulièrement sur les archives antérieures aux années 2000.

 

Crossdressers magazine n°1, 1980

 

 

Les Digital Transgender Archive (DTA) sont hébergées et gérées par le College of the Holy Cross, à Worcester, dans l'État du Massachusetts : l'idée est née de la rencontre entre K.J. Rawson et Nick Matte, deux chercheurs invités à s'exprimer sur les questions transgenres. Évoquant la préparation de leurs interventions respectives, ils se sont rendus compte que les archives consacrées au transsexualisme étaient très disparates.

 

Les archives auront donc cette première fonction : faciliter la recherche sur le transsexualisme, mais aussi documenter les mouvements culturels et sociaux, l'évolution des moeurs et de la représentation des transsexuels. Les DTA présente aussi un glossaire des termes liés à la sexualité, à la transsexualité et à l'identité sexuelle.

 

Les archives sont financées par le College of the Holy Cross, Digital Commonwealth, et l'American Council of Learned Societies. 

 

On pourra chercher à sa guise dans les archives, ou parcourir les documents selon différents classements, chronologique, par sujet, genre, date d'ajout ou institution de conservation. La section « News » propose aussi la mise en avant de certains documents, avec un article explicatif.

 

 

Les DTA proposent des livres, des magazines, des photographies, mais aussi des documents audio. 

 

Les Digital Transgender Archive sont accessibles à cette adresse.

 

via Open Culture