Tolkien évoque la déprime et la frustration de l'enseignant

Cécile Mazin - 13.06.2014

Patrimoine et éducation - Patrimoine - Tolkien enseignement - professeur lecture - Hobbit enchères


C'est une lettre écrite tardivement, dans la vie du romancier, que la maison Bonhams va mettre aux enchères ce 18 juin, à Londres. Estimée à 2000 £, elle raconte comme l'auteur du Seigneur des Anneaux vécut assez mal sa carrière d'enseignant universitaire. « Tout l'enseignement est épuisant et déprimant », dit-il. Un courrier inédit encore, où il dit toute sa frustration.

 

 

 

Le 17 janvier 1964, moins d'une dizaine d'années avant sa mort, Tolkien écrit à Anne Mountfield, nouvelle enseignante qui travaillait à Eltham Green School située à Londres. Celle-ci s'était adressée au romancier, pour lui raconter toute l'agitation de sa classe. Et Le Hobbit lui avait accordé un répit, au point qu'elle ait été fascinée par l'écrivain.

 

Elle avait également joint à son courrier une lettre d'un élève, lui racontant combien la lecture de ce livre lui avait plu. Tolkien se souvient avoir reçu « plusieurs lettres me disant qu'un certain intérêt en classe se manifeste » à son égard. « Mais elles n'étaient pas aussi bien écrites que celle-ci. »

 

La réponse, rapporte le Guardian, tapée à la machine, n'apporte pas vraiment de réconfort. « Tout le travail d'enseignement est épuisant et déprimant, et on est rarement réconforté lorsque que l'on découvre que l'on a pu avoir une petite influence. » 

 

Il lui souhaite tout de même que ce ne soit pas là l'unique réconfort qu'elle recevra de Oxford. Une édition du Hobbit estimée entre 12 et 18.000 € sera également proposée au cours de la vente, une première édition de 1937.