Toute une collection de livres pour enfants issus de l'ère soviétique

Antoine Oury - 08.08.2016

Patrimoine et éducation - A l'international - livres enfants communistes - livres enfants soviétiques - livres enfants URSS


De la Révolution d'octobre au début de la Seconde Guerre mondiale : plusieurs dizaines de livres pour enfants publiés au cours de cette période en Russie ont été numérisés par la bibliothèque pour enfants Cotsen de l'université de Princeton. Des ressources qui rendent compte de l'intense propagande en faveur du régime communiste et de la production quasi unilatérale du parti unique à travers sa maison d'édition, GIZ.

 

Chadra Gi︠u︡lʹzarchi (Le voile de Giulzarch), par Nadezhda Sergeevna Sher et Vera Ivanova, 1931

 

 

La numérisation des ressources de la bibliothèque Cotsen a commencé il y a quelques mois avec 46 ouvrages sélectionnés au sein des collections de l'institution, qui conserve plus d'un millier de livres soviétiques parmi des livres destinés à la jeunesse dont certains remontent au XVe siècle. « La collection et les fonds nécessaires à son entretien viennent de Lloyd Cotsen, ancien de Princeton, collectionneur et amateur de littérature jeunesse », rappelle Thomas Keenan, bibliothécaire spécialisé dans les productions d'Eurasie et d'Europe de l'Est.

 

Certains titres de la bibliothèque proviennent ainsi directement de la collection de Cotsen, enrichie par les achats d'Andrea Immel, conservatrice de la bibliothèque. 

 

Les premières numérisations se sont concentrées sur les ouvrages qui ont suivis la Révolution d'octobre : entre 1918 et 1938, il s'agit de faire comprendre aux enfants toute leur chance de vivre dans un pays communiste. Aux 46 premiers ouvrages numérisés ont été ajoutés 112 autres en juin dernier, pour anticiper un congrès sur le sujet organisé l'année prochaine.

 

Vladimir Lebedev, Maïakovski et un « livre-film »

 

Si la quasi-totalité des ouvrages numérisés a été publiée par la maison d'édition officielle de l'État soviétique GIZ, les ouvrages sélectionnés sont assez variés, et certains affichent des noms aujourd'hui célèbres. Citons par exemple le poète Vladimir Maïakovski, qui signe de nombreux livres pour enfants, dont un Alphabet soviétique (1919) ou Ce qui est bien et ce qui est mal (1925) pour apprendre aux enfants certains gestes d'hygiène et leur inculquer un bon comportement en société.

 

Parmi les autres illustres auteurs, on retrouve le peintre Vladimir Lebedev, qui illustre quelques ouvrages pour enfants dont My voennye (Nous sommes des soldats), écrit par Samuil Marshak et publié en 1938, à l'aube de la Seconde Guerre mondiale.

 

 

Pour certains ouvrages, la propagande est particulièrement visible : Piatiletka : risunki i maket, soit Le plan quinquennal, écrit par Alekseĭ Mikhaĭlovich Laptev en 1930, présente les résultats et les avancées du premier plan quinquennal de Staline en URSS. Électricité, métallurgie, collectivisme : différents secteurs sont abordés et illustrés à l'aide de plans, et certains sont même présentés sous forme de pop-up, avec des languettes à soulever pour observer les changements apportés par la politique stalinienne.

 

Enfin, Knizhka-kino-seans o tom, kak pioner Gans Stachechnyĭ Komitet spas, soit Un livre-film sur le sauvetage de la grève par le travailleur Hans (1931), raconte l'alliance entre les travailleurs communistes allemands et soviétiques, pour lutter contre le capitaliste ventripotent et la croix gammée. Ce livre ambitieux, qui proposait aux enfants de construire leur cinématographe pour « diffuser » l'histoire, est signé par l'illustrateur Isaak Ėberilʹ et F. Kobinets, un artiste inconnu, signale l'université, qui « pourrait avoir disparu au cours des purges staliniennes »...

 

L'intégralité des numérisations est accessible sur le site de l'université de Princeton.

 

via Russia Beyond the Headlines