Traduction du Coran en plusieurs langues africaines

Clément Solym - 07.03.2008

Patrimoine et éducation - Scolarité France - Coran - traduction - Sénégal


Un projet de traduction tourné vers les langues africaines verra en effet le jour au Sénégal, sous l'impulsion du Melas (Mouvement pour l'enseignement des langues africaines au Sénégal). Ce dernier a invité lors du 11e sommet de l'OCI (Organisation de la Conférence islamique) qui se déroulait à Dakar à « prendre en compte la traduction du Coran dans les autres langues des musulmans », apprend-on.

Le président sénégalais, Abdoulaye Wade a de même été contacté par le Mouvement, pour abonder en ce sens. « Ce que le MELAS apporte à ce sommet de l’OCI qui est d’une grande importance pour le monde entier et en particulier pour le Sénégal, découle du fait que l’islam n’est pas venu seulement pour les Arabes », explique un communiqué.

 Déjà à l'origine de traductions en wolof, d'autres langues seraient au programme de la campagne de traduction, ciblant les langues majeures du continent. Le Roi d'Arabie Saoudite avait d'ailleurs reçu un exemplaire de cette version.

D'autre part, le Melas est également à l'origine de la création d'un institut linguistique, qui analyse la langue la plus usitée des 52 États d'Afrique, afin d'en déterminer sa grammaire et s'en servir comme langage idoine à la diffusion des connaissances. Une sorte de koinè contemporaine, en somme.

Parmi les différentes langues du pays, on compte le Français et le Wolof, le Peul, le Sérère, le Mandingue, le Soninké, le Diola, en langues nationales.