Trois feuillets d'Une saison en enfer : une gorgée de poison et de Rimbaud

Clément Solym - 24.10.2016

Patrimoine et éducation - Patrimoine - Une saison en enfer Rimbaud - feuillets publication poèmes - Arthur Rimbaud


Les éditions des Saints-Pères feront paraître dans leur collection Tableaux manuscrits les trois feuillets du manuscrit d'Une saison en enfer, d’Arthur Rimbaud. « Trois fragments émouvants et précieux », assure la maison, qui propose un cadre magnifique tiré à 1000 exemplaires.

 

 

 

Arthur Rimbaud a laissé de nombreux manuscrits de ses poèmes. Pourtant, ne subsistent d’Une saison en enfer, comme un chant d’adieu à Paul Verlaine et à l’écriture, que quelques fragments exceptionnels composés en 1873, alors que Rimbaud n’a pas encore 19 ans. 

 

Ces trois feuillets, écrits à la ferme de Roche, propriété de sa mère, furent conservés par Isabelle Rimbaud, sœur cadette du poète. Son époux Patterne Berrichon vendit le document aux enchères. Les fragments passèrent entre plusieurs mains de collectionneurs, dont celles de Jacques Guérin, qui l’acheta au libraire Matarasso en 1953. La BNF exerça son droit de préemption et en fit l’acquisition le 17 novembre 1998, pour 2,9 millions de francs. 

 

Ah ! j'en ai trop pris : - Mais, cher Satan, je vous en conjure, une prunelle moins irritée ! et en attendant les quelques petites lâchetés en retard, vous qui aimez dans l'écrivain l'absence des facultés descriptives ou instructives, je vous détache des quelques hideux feuillets de mon carnet de damné. Arthur Rimbaud, Jadis...

 

 

Ce tableau est constitué des uniques manuscrits d’Une saison en enfer, esquisses de Mauvais sang, de Nuit de l’enfer et d’Alchimie du verbe. Au verso de deux de ces feuillets figurent les fragments de ce que la postérité appellera – le plus souvent – ʺProses évangéliquesʺ, contemporaines de la genèse d’Une saison en enfer et parodiant l’Évangile de saint Jean. 

 

Cette « prodigieuse autobiographie spirituelle », selon Paul Verlaine, a été achevée après une tragédie. En effet, le 10 juillet 1873, dans une chambre d’hôtel à Bruxelles, Verlaine, ivre, tire sur lui à deux reprises avec un revolver, lors d’une dispute. « Voilà pour toi, puisque tu pars ! » sont les mots de l’amant déçu, qui sera arrêté et jeté en prison. 

 

Coup de feu et de foudre : le revolver de Verlaine qui tira sur Rimbaud 

 

 

Une saison en enfer est le seul de ses livres qu’Arthur Rimbaud a lui-même fait imprimer par l’Alliance typographique, à Bruxelles, à compte d’auteur – le tirage de 500 exemplaires ne sera jamais vendu, Rimbaud n’ayant pas payé l’imprimeur, et on le retrouvera intact en 1901. (L’éditeur, Jacques Poot, acceptera néanmoins de lui céder une dizaine d’exemplaires que Rimbaud distribuera parmi quelques amis, dont Verlaine.) 

 

Prix du cadre : 129 €, 30x60 cm. Tirage à 1000 exemplaires numérotés.

 

Une certaine classe, poétique, qui plus est...