Un appel aux dons pour proposer des livres aux détenus

Cécile Mazin - 10.09.2019

Patrimoine et éducation - Ressources pédagogiques - lire pour en sortir - lecture prison - livres prison


L’association Lire pour en sortir, parrainée par Leïla Slimani, a pour objectif de favoriser la réinsertion de personnes détenues par la lecture. Elle va mettre en place une levée de fonds du 19 septembre au 18 octobre, via la plateforme Ulule. L’objectif est de récolter 80.000 € qui seront utilisés pour acheter des livres auprès des libraires indépendants et les offrir à des personnes détenues. 

Image parFree-Photos de Pixabay

 
Cette association, soutenue par plusieurs personnalités (la journaliste Maïtena Biraben ou l’auteure Mazarine Pingeot, par exemple) existe depuis 2014 avec pour ambition de favoriser la réinsertion des personnes détenues grâce à la pratique de la lecture. En seulement 5 ans, Lire pour en sortir s’est implantée dans 24 établissements pénitentiaires, en métropole et en outre-mer. 

Comment cela fonctionne-t-il concrètement ? Via un programme personnalisé de lecture : une personne détenue choisit un livre adapté à son niveau de lecture, elle rencontre toutes les semaines un bénévole et elle rédige une fiche de lecture. Sans limites du nombre de livres lus. Depuis 2015, plus de 3.500 personnes détenues ont lu 10.000 livres et rédigés plus de 7.000 fiches de lecture.

À noter que plus d’une centaine d’auteurs est intervenue à titre bénévole lors de rencontres avec les détenu.e.s. 

Suite à son intervention LPES revendique :
• Une amélioration de la lecture, de l’écriture et de l’expression orale des personnes détenues,
• Une amélioration des conditions de détention grâce aux bienfaits de la lecture et aux relations avec les bénévoles,
• Un retour vers les activités scolaires organisées en détention.
 
D'autre part, si les femmes détenues représentent 3,7 % de la population pénale, elles représentent 16 % du lectorat de Lire pour en Sortir soit 400 femmes. Elles lisent environ 8 livres/an et la plus grande lectrice a lu, en 2018, 72 livres en 9 mois (et rédigé autant de fiches de lecture). Ce travail d'accompagnement auprès des femmes détenues a été récompensé par la Fondation Monoprix, qui nous soutient dans notre campagne de levée de fonds en faveur des femmes.


Rendez-vous par ici pour en savoir plus


Commentaires
80000€? Sérieux? Pourquoi? On trouve des livres gratuits à la pelle, partout. Et des récents autant que des anciens. Dans les boites à livres, dans les fonds de bibliothèques éliminés, à très peu cher dans les associations qui effectuent déjà la collecte...Et des tas de particuliers ne savent pas quoi faire de leurs livres...Pourquoi acheter alors qu'il y en a une floppée qui partent au pilon ou qui sont disponibles gratuitements ou presque?



L'idée est excellente, et je n'aurais rien contre la levée de fond s'il n'y avait pas des solutions autres que l'achat de livres neufs. Pourquoi ne pas faire un partenariat avec les bibliothèques des alentours aussi? En papier et numérique? Pour une moyenne de 8 livres par an par personne, il y a largement de quoi faire avec tout ça. Je me contente de la bibliothèque, des boites à livres et des broquantes pour mes besoins de lecture et je lis plus de 72 livres par an. Si je devais les acheter, je ne pourrais pas manger.
@Margot:

Je pense qu'une telle association a probablement besoin de fonds pour pouvoir fonctionner, par exemple pour rémunérer des permanents.

Par ailleurs, il me semble (c'était le cas il y a 15ans) que les livres sortis des fonds des bibliothèques devaient être détruits.

Enfin, si les livres d'occasion, peu chers voire gratuits sont une solution, on peut imaginer que cette association souhaite proposer des livres neufs aux détenus, et ce, pour 2 raisons:

- faire fonctionner l'économie (et c'esy d'ailleurs peut-être obligatoire si elle a reçu des subventions publiques)

- proposer à des personnes exclues de la société, dépréciées,... des ouvrages n'étant pas des rebuts de particuliers/d'institutions.



Je trouve cette initiative fantastique en tout cas, merci de l'avoir relayée!
Heureusement de plus en plus de bibliothèques envoient ses livres en don ou en vente symbolique. Sans compter l'énorme quantité de dons qu'elles reçoivent et ne peuvent pas garder.



Heureusement aussi que votre idée que les fonds publics doivent obligatoirement être utilisés pour nourrir le marché privé ce n'est qu'une idée à vous car c'est pour le moins sinistre.



Par contre, cette association affiche dans sa liste de partenaires un tas d'entreprises telles que TOTAL, ACCENTURE, etc... des belles structures que défiscalisent pas mal d'argent que devraient payer en impôts en soutenant ce genre d'associations qui est aussi pas du tout transparente concernant ses entrées et dépenses.
Carlo,

Je suis bien heureuse d'apprendre que les bibliothèques peuvent désormais donner à des associations les livres "désherbés" ainsi que les ouvrages reçus en dons (il me semblait d'ailleurs que les bibliothèques, les plus grandes du moins, étaient tenues d'acheter les ouvrages... et que par ailleurs elles ne pouvaient pas accepter de dons: si cela a changé, je m'en réjouis)

Concernant la partie où vous parlez de "[mon] idée que les fonds publics doivent obligatoirement être utilisés pour nourrir le marché privé": ce n'est pas ce que j'ai écrit. Simplement, le fait que l'association mentionne que l'achat de livres se fera auprès de librairies indépendantes, spécifiquement, me laisse penser que peut-être, il y a une clause quelque part qui conditionne l'obtention d'une subvention à cette pratique. Quant au fait de dire que soutenir une filière commerciale de proximité est sinistre, je vous en laisse seul juge.



Enfin, concernant le mécénat via des fondations d'entreprises, si je déplore les avantages fiscaux accordés, je crains que nombre d'associations soient tout ou partie financées par ce biais (privé, donc...)
Pour avoir voulu faire une fois un don, il me semble que pour des raisons de sécurité, seuls les livres neufs sont autorisés en prison. Bravo à cette opération.
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.