Un armorial vénitien découvert à Bastia recense 1800 blasons inédits

Camille Cado - 15.04.2019

Patrimoine et éducation - Patrimoine - blasons rares familles - armorial découvert trésor - héraldique blason rare


Un trésor a récemment été exhumé du fonds de la bibliothèque patrimoniale Tommaso Prelà à Bastia. Il s’agit d’un ouvrage vénitien publié en 1760 qui recense toutes les armoiries des familles implantées en Europe. Un manuscrit d’une rareté inestimable, qui comprend près de 1800 blasons. 
 

« Je ne vous cache pas que je suis très heureux de découvrir ce magnifique armorial vénitien », souligne Michel Popoff, conservateur en chef honoraire de la BnF et président de l’Académie internationale d’héraldique, venu pour l’occasion à Bastia. 

« C’est la version totalement inédite d’un manuscrit entièrement réalisé à la main. Il nous vient du XVIIIe siècle et a été rédigé et peint par un auteur malheureusement inconnu, reprend-il, je pense que cet artiste possédait une fabuleuse bibliothèque et a dû travailler près de deux ans pour concrétiser ce beau projet. »

L’ouvrage est divisé en trois parties « distinctes, mais complémentaires » explique Michel Popoff. Et en effet, la première présente 898 blasons ayant appartenu à des familles de Venise dont les plus vieux datent de 1200. Concernant la deuxième partie, elle recense 136 armoiries de familles italiennes qui soutenaient Venise lors des guerres turco-vénitienne. 

« Il faut savoir à ce propos que la contribution de ces familles envers les troupes vénitiennes s’élevait à 100.000 écus, ce qui représenterait aujourd’hui près de 20 millions d’euros. Cette somme est considérable, mais, en contrepartie, ces familles avaient le droit de participer au gouvernement de la cité des Doges », précise le conservateur en chef honoraire de la BnF.

La troisième et dernière partie de cet armorial vénitien propose 764 blasons de familles européennes, « notamment en Allemagne, en Italie, en France, en Espagne, en Angleterre et même en Scandinavie ».
   
Selon Michel Popoff, les premières armoiries ont été retrouvées en 1160 en Belgique et servaient aux équipes de chevaliers qui concouraient à des tournois et toute autre entreprise guerrière. 



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.