Un décembre bibliophile : des siècles de manuscrits et ouvrages chez Drouot

Victor De Sepausy - 28.11.2016

Patrimoine et éducation - Patrimoine - enchères ouvrages manuscrits - Drouot ventes livres - décembre 2016 enchères


Le mois de décembre sera bibliophilique pour la maison Drouot qui annonce plusieurs ventes dédiées aux manuscrits et ouvrages anciens. Des centaines de lots passeront sous le marteau, balayant des périodes allant du XVe au XXe siècle. Petite revue de presse des éléments les plus marquants.

 

 

Ce sera tout d’abord une vente de livres anciens et modernes de 1490 à 1837 avec, notamment, un luxueux exemplaire d’Alphabet et Instruction Chrestienne pour les Enfans qui sera le lot phare de cette vente de livres rares et précieux.


Répondant à une commande passée dans l’entourage royal, cet ouvrage éducatif fut très certainement offert au couple royal à l’attention du futur Louis XIV, âgé de quatre ans à l’époque, peu avant sa montée sur le trône de France en 1643. Unique exemplaire d’une édition inconnue des bibliographes, il est imprimé en rouge et noir et fut donné à l’enseigne du Paradis par Pierre Charpentier, imprimeur-libraire actif à Paris de 1602 à au moins 1653. (Est. 150 à 200.000 €)

 

La vente se déroulera le 7 décembre. 

 

 

 

Le 9 décembre, organisée par Pierre Bergé et Associés, c’est la bibliothèque Philippe Zoummeroff qui sera disséminée, avec livres, manuscrits, photographies et dessins. 

 

Au-delà d’une collection, cet ensemble reflète l’idée fixe de cet ancien industriel : la réinsertion des prisonniers. Convaincu que la solution se dégagerait de la connaissance, il constitua pendant 15 ans un fonds d’ouvrages et d’iconographies relatif au droit pénal. 

 

Est particulièrement mis en avant un album de 50 photographies originales de personnages politiques, écrivains ou magistrats liés de près ou de loin à l’affaire Dreyfus. Cet exemplaire parfaitement conservé forme un véritable trombinoscope de l’affaire Dreyfus dans lequel on retrouve Jean Jaurès, Émile Zola, Georges Clémenceau, Clovis Hugues, Paul de Cassagnac, etc. Un ensemble de documents autour de l’affaire est joint. (Est. 6000/8000 €)

 

 

 

Enfin, dernière date à retenir, celle du 16 décembre, avec des livres et manuscrits du XVe au XXe siècle. C’est une bibliothèque d’amateur qui sera dispersée avec près de 200 lots. On y retrouvera notamment le livre de prières d’Andrée de Vivonne, duchesse de La Rochefoucauld, vers 1650. Il s’agit d’un manuscrit petit in-12 (104 x 72 mm) de (8) ff. blancs.

 

Ce manuscrit enluminé est orné de douze peintures à pleine page sur peau de vélin et conservé dans sa première reliure en galuchat, doublée de maroquin décoré, avec un fermoir en or émaillé. Les armoiries d’Andrée de Vivonne sont peintes en tête du manuscrit. Les douze peintures à pleine page sont attribuables à Louis du Guernier ou Jean Petitot, deux peintres qui ont travaillé dans l’atelier de Nicolas Jarry. 

 

Les prières manuscrites (49 pages numérotées) sont copiées sur papier d’une main sans apprêt, soulignant l’usage privé de ce livre de dévotion. La reliure de l’époque en galuchat, simplement décorée à l’extérieur de filets et pièces d’armes, est dotée de doublures entièrement recouvertes d’un décor à répétition doré à petits fers. Les tranches ont été ciselées, peintes d’un décor de fleurs au naturel, puis dorées. Le fermoir en or en forme d’hermine, pièce d’armes de la famille de Vivonne, est orné sur le recto d’une peinture sur émail représentant la Crucifixion avec Marie Madeleine. 

 

Par la qualité de son illustration, sa provenance, sa reliure et son fermoir, ce manuscrit est un des témoignages les plus précieux du Grand siècle français. (Est. 60 à 80.000 €)