Un ouvrage ancien annoté par Lope de Vega découvert à Lyon

Clément Solym - 08.03.2014

Patrimoine et éducation - Patrimoine - Lope de Vega - universitaire - découverte


Parmi une foule d'anciens manuscrits, un enseignant de littérature et traduction espagnole, de l'université de Bourgogne à Dijon, a découvert un ouvrage inédit. En fouillant ces archives qu'il trouve un véritable filon que conservait la région : des livres remontant jusqu'au XVIe siècle, en espagnol, dont l'un est annoté de la main de Lope de Vega. Le Shakespeare espagnol...

 

 

1003116

El Bibliomata, CC BY 2.0

 

 

Alexandre Roquain n'en est pas revenu : sa quête avait commencé dans les fonds de la médiathèque Louis Aragon, il pousse la curiosité du chercheur dans les différentes bibliothèques municipales, et jusqu'à la bibliothèque de Lyon. « J'étais loin d'imaginer tomber sur un livre annoté par Lope de Vega. Un auteur que j'admire tant », explique-t-il à Ouest Francet

 

Le livre découvert contient en réalité deux oeuvres Il gentilhuomo (1571) et Avvertimenti morali (1572). Emu, enthousiaste, l'universitaire parcourt le texte et découvre les commentaires de Lope de Vega, des corrections apportées. « Il lit tout. Il annote le livre du début à la fin. Il s'est intéressé à ces deux œuvres écrites en italien. C'est une source pour lui. Tout au long de sa vie, cette lecture l'a influencé. Cela a été déterminant pour son œuvre. »

 

C'est que, peu de témoignages sont parvenus, au fil des siècles - sinon ses écrits. Avec près de 400 pièces de théâtre, une immense influence en Espagne, et même sur le théâtre de Corneille, Lope de Vega est un véritable monument. « À Madrid par exemple, dans la maison-musée de Lope, là où il a réellement habité, il n'y a quasiment aucun objet qui lui ait appartenu. J'ai la conviction que d'autres objets sommeillent ailleurs, dans d'autres pays. »

 

Pour cet Indiana Jones des bibliothèques, avoir découvert un manuscrit annoté pourrait donc n'être que la première étape de futurs émerveillements. 

 

Lope de Vega est né en 1562 et mort en août 1635. Miguel de Cervantes l'avait surnommé « le phénix, le monstre de la nature ». Il a également laissé des milliers de sonnets, ainsi que des épopées et des romans. Il a créé une véritable innovation dans le théâtre alors que la pratique devenait un genre populaire en Espagne.

 

En janvier dernier, des chercheurs espagnols avaient assuré avoir retrouvé une comédie inédite de l'auteur, un manuscrit de 56 pages, égaré dans les archives de la bibliothèque nationale de Madrid.