Un passé simple excentrique : excuses des éditions Magnard

Victor De Sepausy - 16.10.2015

Patrimoine et éducation - Ressources pédagogiques - éditions Magnard - passé simple - conjugaison erronée


Prises la main dans le pot à biscuit, les éditions Magnard n’ont pas eu d’autre choix que de présenter des excuses officielles, pour une conjugaison défaillante. Dans le Cahier de français de 4e, le verbe "voir" jouit en effet d’un passé simple pas piqué des hannetons. Faute de pouvoir rappeler le livre, c’est un aveu en bonne et due forme que fait Magnard, parlant d’une « conjugaison [...] erronée ».

 

 

 

« La conjugaison du verbe “voir” au passé simple dans Mon cahier de Français 4e édition 2015 page 127 est erronée. Très attachés à la qualité et à la rigueur du contenu de nos manuels scolaires, nous regrettons sincèrement cette importante erreur et prions les enseignants et leurs élèves de bien vouloir accepter nos excuses », peut-on lire dans un message. Et de proposer en lien la page avec la correction. Une réimpression du livre est en cours, et l’on peut également contacter les équipes de l’éditeur, pour procéder à un échange.

 

« Cet incident nous mène à encore renforcer nos procédures de relecture et de contrôle, pour pérenniser la relation de confiance qui nous lie aux enseignants depuis de nombreuses années », conclut la maison. Vivement la fin d’année, pour l’éditeur, qui avait essuyé une pétition ayant réuni 22.000 signatures, pour dénoncer des cahiers d’activités trop orientées, et jouant sur des différences de genre entre fille et garçon, au détriment des premières. Une chose que la ministre de l’Éducation nationale ne veut aujourd’hui plus entendre parler, comme elle l’a indiqué aux maisons d’édition scolaires.