Un projet participatif entre la Bibliothèque nationale d'Israël et Facebook

Antoine Oury - 09.05.2019

Patrimoine et éducation - Patrimoine - bibliotheque nationale israel - facebook israel - archives participatives facebook


La Bibliothèque nationale d'Israël, dans le cadre des commémorations de l'indépendance du pays, lance un projet d'archives participatives un peu particulier. Et avec un partenaire qui ne l'est pas moins : sur Facebook, les utilisateurs sont invités à identifier leurs proches, grands-parents et amis, passant en revue des photographies d'archives.

Une des photographies d'archive publiées par la Bibliothèque nationale sur Facebook


Yom Haʿatzmaout, célébré au début du mois de mai, commémore la création de l'État d'Israël, en 1947, rendue effective en 1948 par la loi du Jour de l’Indépendance : à l'approche des célébrations, la Bibliothèque nationale d'Israël a décidé de poster sur Facebook une partie de ses archives numérisées. Ce sont ainsi des collections entières de photographies qui ont fait leur apparition sur le réseau social.

Pas n'importe lesquelles, toutefois : les albums mis en ligne portent tous sur les opérations militaires liées à l'indépendance du pays. Outre la Guerre d'indépendance, on retrouve ainsi des images documentant la campagne du Sinaï, la guerre des Six Jours ou encore la guerre du Kippour.

Ces photographies ne constituent qu'un fragment du fonds de 2,5 millions de clichés dans les collections de l'établissement patrimonial, mais l'effort de mise en ligne vise surtout à faciliter la documentation, le classement et l'enrichissement de ces archives. En effet, sur Facebook, les usagers sont invités à identifier directement sur les photos d'éventuels proches ou amis reconnus.




La plupart des photographies ne comportent que les mentions du lieu et de l'année, parfois du mois. Ces clichés ont été pris par Dan Hadani, reporter de guerre et dirigeant d'une agence photographique, qui a fait don de ses archives à la Bibliothèque nationale d'Israël en 2016.




« Nous sommes confiants vis-à-vis du fait que cette collaboration avec Facebook, qui nous permet de rendre accessibles plus largement des trésors culturels de nos archives, sera l'occasion de réunir de nombreuses informations, permettant aux étudiants, chercheurs et au grand public d'en apprendre plus sur l'histoire de l'État d'Israël », a commenté Yaron Deutscher, responsable du numérique à la Bibliothèque nationale.
 



L'établissement envisage de prolonger cette collaboration dans les mois à venir, sans apporter de précisions sur la manière dont les informations collectées seront ensuite rendues accessibles au-delà de la plateforme Facebook, qui nécessite en effet une inscription pour que les photographies puissent être correctement consultées.

Depuis 2016, l’État israélien et le réseau social ont passé des accords de collaboration, en vue de censurer certains messages diffusés. Avec le gouvernement d’Israël, les équipes de Mark Zuckerberg ont mis en place des solutions pour freiner la communication des messages émis par BDS, Boycott, Desinvestissement, Sanctions. Ce mouvement dénonce depuis des années les exactions commises par Israël contre les droits humains.

Chose intéressante, le fondateur de Facebook doit être reçu par Emmanuel Macron ce 10 mai, pour un entretien au palais de l’Élysée.


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.