medias

Un texte oublié d'Harold Pinter retrouvé à la British Library

Clément Solym - 25.10.2011

Patrimoine et éducation - A l'international - Harold Pinter - texte - retrouvé


Les conservateurs de la British Library ont dû être surpris quand un chercheur a trouvé par hasard dans les archives un sketch d'Harold Pinter complètement oublié depuis plus d'un demi-siècle.

On doit cette découverte fortuite à Ian Greaves qui effectuait des recherches sur le dramaturge absurde NF Simpson. Il se trouve que cet auteur avait écrit un texte pour un spectacle intitulé You, Me and the Gatepost. Une revue théâtrale qui avait été jouée une seule fois au Nottingham Playhouse puis rapidement oubliée.

Alors qu'il tentait de remettre la main sur le texte de NF Simpson pour You, Me and the Gatepost, on lui a expliqué que jusqu'en 1968 tous les textes des pièces de théâtre devaient être présentés aux censeurs du bureau de Lord Chamberlain avant d'être joués. Par la suite, ils étaient tous conservés par la British Library.

 


Le recueil de textes de You, Me and the Gatepost a bien été retrouvé, et là surprise ! Ian Greaves a constaté que Harold Pinter avait lui aussi signé un texte pour cette revue. Le texte de Pinter s'intitule Umbrellas (Parapluies) et met en scène deux hommes prenant un bain de soleil sur la terrasse d'un hôtel en discutant de l'utilité des parapluies.

Même la veuve de Pinter, Lady Antonia Fraser avoue d'avoir jamais eu connaissance de ce texte. Les conservateurs de la British Library pensent qu'il n'y a plus de textes surprise de Pinter dans leurs collections. Ils estiment par contre que sur les 56 000 textes du 20e siècle conservés et qui ont été présentés au bureau de Lord Chamberlain, il y a certainement d'autres textes inconnus d'autres auteurs.

Ariel Dorfman, un ami de Pinter, qui présente une pièce de théâtre au Théâtre Harold Pinter, a été informé de la découverte. Il a pu lire le texte et a affirmé : « C'est tout à fait Harold. J'aime ces deux vieux messieurs qui parlent de parapluie sous le soleil. C'est en quelque sorte absurde, mais de l'absurde du quotidien, le genre de chose que l'on pourrait entendre ».

Nos confrères du Guardian proposent de découvrir ce court texte de Pinter en intégralité sur leur site (tout en bas de la page, en dessous du passage Critic's view).




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.