Une association d'enseignants anglais accuse le wi-fi

Clément Solym - 02.08.2008

Patrimoine et éducation - A l'international - enseignants - anglais - accusation


Philip Parkin, secrétaire général de l’Association Professionnelle du Personnel Enseignant en Angleterre (Voice) souhaite aller à l’encontre du mouvement actuel qui pousse l’ensemble des écoles anglaises à s’équiper en réseaux wifi.

Les enfants seraient des "cobayes" face au wifi :

Dans la situation actuelle, il estime que c’est donner aux enfant le rôle de cobayes dans un contexte de méconnaissance des conséquences réelles de la multiplication forcenée d’ondes dans les lieux amenés à recevoir un jeune public.

Même si la majorité des établissements anglais sont déjà équipés, Philip Parkin veut qu’une enquête soit menée de façon sérieuse sur les conséquences à long terme sur l’exposition aux ondes des émetteurs dès le plus jeune âge.

Nous sommes envahis par les ondes :

Dans un monde où les ondes sont partout, il est difficile de faire machine arrière et chaque nouvelle technologie qui arrive sur le marché inonde notre monde quotidien d’un nouveau réseau d’émission d’ondes. Si l’on remonte quelque peu le temps, on se retrouve avec le micro-onde, adopté de nos jours par presque tous les foyers à cause de sa practicité.

Quelques années après, ce furent les réseaux de téléphonie mobile. Tout le monde a son portable entre les mains, et dès le plus jeune âge dorénavant. Certains se plaignent de la présence d’émetteurs à proximité des établissements scolaires. Enquêtes et contre-enquêtes se suivent renvoyant dos à dos les pour et les contre.

Qui dit vrai ?

Comme si cela ne suffisait pas, de nouveaux émetteurs pénètrent nos foyers à grande échelle, puisqu’il s’agit maintenant des réseaux sans fil, là encore pour des raisons de confort. Dans cette bataille qui oppose industriels des télécommunications, associations de consommateurs et experts en tous genres, il est difficile de démêler le vrai du faux…

Les intérêts en jeu sont colossaux et tout ce que l’on peut faire actuellement, c’est adopter le principe de précaution. A savoir, protéger les enfants face à des émissions d’ondes trop importantes. Le temps fera la lumière entre dangers réels et peur de tout ce qui nous dépasse un peu !