medias

Une bible parisienne du XIIIe siècle de retour à la cathédrale de Canterbury

Antoine Oury - 02.08.2018

Patrimoine et éducation - A l'international - cathédrale Canterbury - bible XIIIe siècle Canterbury - bible medievale


Une bible du XIIIe siècle, surnommée « Lyghfield Bible » d'après le nom du moine qui en était le propriétaire, a fait un retour en grande pompe au sein de la cathédrale de Canterbury, après plusieurs siècles de passages de mains en mains. Un achat à 100.000 £ pour cette bible de poche, en parfait état, inscrite au Registre Mémoire du monde de l'UNESCO.


Détail d'une page de la Lyghfield Bible


 

C'est au moment de la Réforme protestante, au XVIe siècle, que la Lyghfield Bible disparait de la cathédrale de Canterbury : le volume de 690 feuillets échappe, contre toute attente, aux destructions et « recyclages » des volumes qui sont alors courants. Encore aujourd'hui, les chercheurs s'interrogent sur le parcours réalisé par la bible de poche, et sur ses propriétaires successifs.

 

Pour 100.000 £, la cathédrale de Canterbury a pu remettre la main sur l'ouvrage, en excellent état, auprès d'un propriétaire privé. Sur la somme totale, 96.000 £ ont été fournies par le National Heritage Memorial Fund, et le reste par des donateurs privés, amis des bibliothèques nationales du Royaume-Uni ou de la cathédrale.

 

« Nous sommes très reconnaissants du soutien de nos donateurs. Il est de la plus haute importance pour nous d'avoir ici dans nos collections un exemplaire de ce texte chrétien fondamental, qui appartenait à l'un des derniers moines de la communauté monastique médiévale. La bible témoigne des bouleversements de la Réforme, un temps qui a défini ce qu'est la cathédrale aujourd'hui, et qui jouera un rôle clé en racontant notre histoire aux visiteurs », a souligné Cressida Williams, directrice des archives et de la bibliothèque de la cathédrale, dans un communiqué.

 
Le bibliothécaire en chef, le révérend Tim Naish, la directrice des archives et de la bibliothèque, Cressida Williams, et le doyen de Canterbury, le révérend Robert Willis


 

Cette bible vient rejoindre la trentaine de volumes conservés par la cathédrale, récupérés à travers les siècles, mais encore loin du millier de volumes, environ, qu'elle abritait au XVIe siècle.

 

Le volume vient rejoindre les archives, classées au Registre Mémoire du monde de l'UNESCO : celles-ci remontent au IXe siècle, et s'étendent jusqu'à 1540 environ, avec 17.000 pièces. La cathédrale de Canterbury, elle, a été fondée en 597.

 

 

Si elle est conservée à Canterbury, la Lyghfield Bible a été produite en France, à Paris, qui était alors à la pointe pour ce type de travaux, selon les avis des experts.




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.