Rentrée littéraire : La fashion week des libraires


Un partenariat entre les Bibliothèques nationales du Nigeria et de la Norvège va être conclu ce 10 juin. L'objectif est de numériser la littérature nigériane grâce au matériel de l'institution norvégienne ; peut-être un premier pas vers une bibliothèque numérique africaine.

 

Nasjonalbiblioteket National Library of Norway.jpg

Bibliothèque nationale de Norvège - Ketil Born (CC BY 2.0)

 

 

Un grand pas pour la littérature africaine : le 10 juin prochain, le directeur de la Bibliothèque nationale de Norvège, Aslak Sira Myrhe, et son homologue nigérian, le professeur Lanre Aina, signeront un accord à Abuja, capitale du Nigéria.

 

L’accord permettra à la Bibliothèque nationale de Norvège de numériser une partie de la littérature nigériane.

« Cette collaboration avec la Bibliothèque nationale du Nigéria est une vraie révolution pour nous. Nous espérons que l’accord passé avec le Professeur Aina sera la première pierre d’un plus grand édifice que nous pourrons bâtir avec toute l’Afrique », explique Aslak Sira Myrhe, directeur de la bibliothèque norvégienne, à Olisa TV.
 

Derrière cette coopération se cachent 100 ans d’échanges commerciaux fructueux, notamment pour ce qui s’agit du pétrole, et de nombreux travailleurs nigérians vivent sur le territoire norvégien ; le gouvernement se doit alors de leur prodiguer des documents en anglais et en norvégien, mais également dans des dialectes nigérians pour optimiser l’éducation des enfants. Quand on trouve de tels documents...

 

Car s’il n’est pas facile de trouver des livres en yoruba, c’est qu’il y en a si peu que même les bibliothèques publiques nigérianes ne parviennent pas à fournir leurs clients.

La bibliothèque norvégienne se chargera donc de numériser ces documents dans une unité spécialisée, située à Mo i Rana, à la frontière du cercle arctique, là où se trouvent déjà tous les documents en norvégien jamais imprimés : 3 millions d’articles ainsi que 460 000 livres depuis sa création il y a 10 ans...

 

L’industrie du livre en danger au Nigeria


Seront concernées par l’accord les œuvres en haoussa, igbo et yoruba, pour commencer. « En l’état, notre bibliothèque multilingue possède moins de 30 textes en yoruba, en igbo et en haoussa. Et nous n’en avons aucun pour ce qui est des autres langues nigérianes, ce qui veut dire que les Nigérians de Norvège n’ont pas accès à des documents dans leur langue maternelle » , déplore Aslak Sira Myrhe.


Quant au financement du projet, il sera partagé entre les deux institutions partenaires. Tandis que le Nigéria se chargera de la collecte locale des livres, l’ambassade de Norvège au Nigéria s’occupera, elle, de leur transport vers Mo i Rana ; quant à la numérisation en elle-même, la Bibliothèque nationale de Norvège prendra en charge la totalité des coûts.

Un projet qui confère des avantages à chacune des deux parties, puisque, d’un côté, la Bibliothèque nationale de Norvège pourra produire et distribuer des textes numériques nigérians aux lecteurs norvégiens, tandis que, de l’autre, la Bibliothèque du Nigéria recevra gratuitement des exemplaires de chacun des textes numérisés.

 

La Bibliothèque nationale de Norvège n’en est pas à son premier accord audacieux : en 2014, elle avait déjà annoncé la mise en disponibilité gratuite d’une grande partie de la littérature norvégienne publiée avant 2001. En espérant que ce nouveau partenariat rencontre autant de succès, et devienne le précurseur d’une série d’accords visant à mettre en place une véritable « bibliothèque numérique africaine »...

Via Olisa TV