Une copie de la Magna Carta de nouveau exposée aux États-Unis

Clément Solym - 07.02.2012

Patrimoine et éducation - A l'international - Magna Carta - Archives Nationales - Etats-Unis


Une copie de 715 ans de la Magna Carta, ou Grande Charte va pouvoir être de nouveau visible par le public aux Archives nationales à Washington indique l'AP. Elle reste donc aux États-Unis, le souhait le plus cher de David Rubinstein qui l'avait achetée aux enchères en 2007.

 

Boîtier métallique, verre humidifié, cette copie de la Grande Charte, il en existe 17, pourra être contemplée par le public aux Archives nationales des États-Unis dès le 17 février. La copie avait été vendue aux enchères en 2007 et achetée par le philanthrope David Rubenstein pour la modique somme de 21, 3 millions de dollars (voir notre actualitté). Sa motivation ? Que l'une des seules copies de la Grande Charte que possède le pays reste aux États-Unis.  

 

 La Grande Charte, crédits : Wikipédia

 

 

Ce document britannique est très important aux yeux des Américains, il a fortement inspiré les documents fondateurs des États-Unis. « Si vous lisez les premiers écrits de Hamilton, Jefferson, Madison et Adams, à plusieurs reprises ils font référence à la Grande Charte » explique David Rubinstein devenu expert en la matière.

 

Il a fait un don de 13, 5 millions de dollars pour assurer sa restauration. Plutôt en bon état, étant donné son âge avancé, il lui fallait tout de même quelques petites réparations. Petits trous, phénomène de contraction du document ont été corrigés. Le verre humidifié du boîtier où elle sera placée, empêchera l'oxygène de dégrader le document.

 

La magie du numérique permettra aussi aux visiteurs de zoomer et grâce à l'ultraviolet, des mots qui avaient disparu à cause de l'humidité ont été révélés. En somme une seconde vie pour la copie, qui serait en bien meilleur état que la Déclaration d'Indépendance de 1776.